Matam : Boul faalé, produits pharmaceutiques, 4,750 tonnes de charbon, saisi par la gendarmerie

La compagnie de gendarmerie de Matam a organisé une opération dénommée «coup de poing ». Il a permis aux hommes en bleu de mettre la main sur des parfums, du charbon, et des produits pharmaceutiques.



Face à ce phénomène qui a prit une proportion inquiétante, les forces de sécurités ne peuvent rester indifférant. Au delà des marchés hebdomadaires, la vente et la consommation des parfums appelés « Boul faalé » est devenu une règle dans les boutiques de toute la zone du Ferlo. Une ampleur qui a suscité la mobilisation des éléments de la gendarmerie nationale de l’escadron mobile de Thiambé.
 
Le Capitaine, Mamady Kaba a souligné que : « Cette opération a été porté sous l’influence des marchés hebdomadaires et sur la sensibilisation des villageois suivant ces phénomènes et aussi sur la lutte contre le trafic de bois de la réserve forestière du Ferlo. L’opération dans l’ensemble est très bien déroulée. Elle a enregistré les résultats suivants : Quatre cent flacons de produit Boul Faalé, soit un volume total de 90 litres de parfums, ont été saisi. Une quantité de 15 kilos de produit pharmaceutiques, les armes blanches saisies lors des fouilles. Des sites clandestins de production de charbon ont été démantelé, avec une saisie importante de quatre tonnes 750 kilogrammes de charbon a été opérée. Cette opération permet à la zone B et la gendarmerie à faire face à toutes les formes de criminalités », a déclaré  le Capitaine Kaba dans les ondes de la Rfm.
 
Première étapes d’une vaste opération coup-de-poing marquée par une forte présence des autorités locales qui s’engagent à contribuer dans l’éradication de ces fléaux qui gangrènent la jeunesse du Ferlo. « C’est un produit, les parfums lavande que les jeunes utilisent comme boisson pour s’enivrer. La jeunesse de ce département s’adonne abusivement à cette pratique, qui au delà des conséquences néfastes qu’il peut avoir sur le plan sanitaire, est à l’origine aussi des infractions telles que les coups et blessures volontaires», précise Mamady Kaba.
 



Dimanche 21 Juin 2015 - 10:22



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter