Matam-Flagrants délits: liberté provisoire refusée à Arona LO et Cie face à leur destin le 24 mai

L’affaire qui pollue l’atmosphère à Ogo, communauté rurale sise dans la région de Matam a été évoquée au Tribunal des flagrants délits de Matam. Arona, neveu d’Abou LO et Cie ont fait face au juge dans le cadre de l’enlèvement du mandataire de la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY), Alassane Niane qui ne s’est toutefois présenté au Tribunal. Ce qui oblige les militants de l’Alliance Pour la République (APR) a prendre leur mal en patience dans les liens de la détention. Car sur demande du Procureur Cheikhou Diakhoumpa, le juge leur a refusé la liberté provisoire tout en renvoyant le dossier au 24 mai prochain.



En effet dans le cadre de l’enlèvement du mandataire de la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY), l’enquête des éléments de la gendarmerie de Ourossogui bouclée, le Tribunal a fini de s’intéresser au dossier qui oppose Alassane Niane à six (6) responsables de l’Alliance Pour la République (APR) dont Arona LO qui n’est autre qui n’est autre que le fils du grand frère du désormais ex-Directeur de l’Autorité de Régulation des Télécommunications et des Postes (ARTP), Abou LO qui a été emporté par le scandale le mercredi de la semaine dernière en Conseil des ministres.
 

Tout est parti dans la nuit du 29 avril dernier, date limite de dépôt des listes en vue des élections locales de juin prochain. La sous-préfecture de l’arrondissement ne verra jamais la liste de BBY. Le mandataire en question par ailleurs inspecteur d’académie de Matam dit qu’il a été kidnappé par des inconnus alors qu'il s’apprêtait à se rendre à la sous-préfecture. Il dépose une plainte. Actionnée, la Brigade de gendarmerie de Ourossogui entame les auditions pour identifier six (6) supposés ravisseurs tous proches du prédécesseur d’Abdou Karim Sall à l’ARTP.  Ces derniers reconnus par le mandataire de BBY comme étant membres du gang qui l’a enlevé et séquestré, ont été placés en garde-à-vue à la Brigade avant d’être déférés pour être placés sous mandat de dépôt. La machine judiciaire définitivement mise en branle, Arona LO, présenté comme le cerveau du kidnapping à côté de Mamadou Mbodj, Amadou Diop et Sada Diallo…ont comparu ce matin à la barre du Tribunal régional des flagrants délits de Matam.


Et en l’absence de la partie civile Alassane Niane, Me Ibrahima Djéguène a introduit séance tenante une demande de mise en liberté provisoire. Une requête purement et simplement rejetée par Cheikhou Diakhoumpa, le Procureur de Matam qui, selon le correspondant de la Rfm, s’appuie sur les risques de troubles à l’ordre public que cette libération pourrait engendrer. N’en déplaise à la défense d’Arona LO et Cie qui a brandi la forte mobilisation des populations venues de différentes localités de la communauté rurale pour sensibiliser le juge, ce dernier a suivi la position du procureur et renvoyé le procès au 24 mai prochain


Jeudi 15 Mai 2014 - 15:13



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter