Mauritanie: Nouakchott accueille le sommet de la Ligue arabe

Les dirigeants de la Ligue arabe se réunissent en sommet lundi et mardi à Nouakchott, en Mauritanie, pour discuter de la sécurité et du terrorisme dans le monde arabe. Il sera aussi question du projet d'une « force » commune à leurs pays, principe adopté en Egypte, à Charm-el-Cheikh, en mars 2015, mais dont les modalités restent floues.



Nouakchott n’aura eu que cinq mois pour préparer la tenue du sommet de la Ligue arabe après la défection du Maroc. Le royaume s'était désisté, affirmant que les conditions n’étaient pas réunies pour garantir le succès d’un tel sommet.
 
Inauguration du nouvel aéroport ou réfection des trottoirs, la capitale mauritanienne a mis les grands moyens pour accueillir les chefs d’Etat de l’organisation, même si l’on ne sait pas encore combien répondront finalement présents.
 
Ils sont attendus au palais des congrès, situé dans la zone nord de la ville où est actuellement déployé un imposant dispositif de sécurité. L’armée, la gendarmerie et la garde nationale sont mobilisées racontent les habitants.
 
La sécurité renforcée dans la capitale
 
« On se croirait en état siège », soupire un Nouakchottois, qui déplore d’importantes restrictions de circulation, notamment aux abords des hôtels et des résidences accueillant des diplomates.
 
« Il y a certainement la sécurité qui s’est renforcée, mais cela ne veut pas dire que la ville est convertie en zone militaire. La circulation se passe de façon fluide, les gens vaquent à leurs occupations sans problème », répond Fatimetou Abdel Malik.
 
Et ce dernier, maire de Tevragh Zeina - principale commune de la capitale -, d’ajouter : « On accorde beaucoup d’espoir dans ce sommet, et nous pensons que Nouakchott trouve sa place vraiment dans ce concert des nations arabes. »
 
Des « pour » et des « contre »
 
Enthousiastes, certains habitants sont même descendus dans les rues, armés de balais pour nettoyer les voies ensablées.
 
Sur les réseaux sociaux, certains déplorent les sommes dépensées dans l’organisation. D’autres estiment que les célébrations ne reflètent pas la diversité du pays.
 
L’association mauritanienne des droits de l’homme a saisi l’occasion pour rappeler qu’une vingtaine d’opposants et de défenseurs des droits de l’homme ont été arrêtés ces dernières semaines. 


Source: Rfi.fr


Lundi 25 Juillet 2016 - 07:13



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter