Mauritanie : amorce de dialogue entre le pouvoir et une partie de l'opposition

Depuis quatre ans, le dialogue était au point mort entre le pouvoir et les partis de la Coordination de l'opposition démocratique. La COD réclame depuis 2011 le départ du président et avait annoncé cet été le boycott des élections législatives et municipales prévues le 12 octobre et reportées depuis au 23 novembre. Alors que la COD peine désormais à prendre une décision unanime pour le boycott ou la participation, le Premier ministre a rencontré ce mardi deux de ses membres : le parti islamiste Tawasoul et l'UFP de Mohamed ould Maouloud.



Moulaye Ould Mohamed Laghdaf, le Premier ministre mauritanien. ( Photo : AFP )
Moulaye Ould Mohamed Laghdaf, le Premier ministre mauritanien. ( Photo : AFP )

Durant ces entretiens, le Premier ministre, Moulaye Ould Mohamed Laghdaf, a rappelé les concessions envisagées en août par le président : report au 23 novembre, création d'un observatoire national des élections et inclusion de la COD dans la Commission électorale. «Ces entretiens montrent la disponibilité réelle du pouvoir à dialoguer » souligne-t-on à la primature. Objectif affiché: une participation la plus large possible pour des résultats incontestés.


A l'UFP, Union des forces du progrès,  et Tawasoul, on minimise l'importance des rencontres «c'est une prise de contact, une façon de souligner qu'il y a une opportunité de dialogue véritable à saisir », déclare le président de l'UFP, Mohamed Ould Maouloud qui rappelle « toute négociation sur la participation doit se faire avec la COD dans son ensemble ». UFP et Tawasoul s'interrogent sur les intentions réelles du pouvoir.


Les élections sont dans deux mois, certains dépôts de candidature seront clos dans 8 jours. « Sans report, comment avoir un dialogue qui ait un impact réel sur l'organisation des élections? », souligne Ould Maouloud. « le pouvoir mobilise ses troupes depuis des mois et au dernier moment veut dialoguer », indique Saleck Sidi Mahmoud, vice-président de Tawasoul. « Le danger est que quelques partis se laissent convaincre, n'obtiennent que des concessions de façade et soient instrumentalisés pour légitimer les résultats » analyse-t-il.


Les propositions présidentielles ont effectivement semé le trouble au sein de la COD, muette depuis l'annonce du report. Gardera-t-elle un ligne commune ou implosera-t-elle ? L'annonce devrait être faite ce dimanche.


Rfi.fr

Vendredi 27 Septembre 2013 - 09:21



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter