Mauritanie: le dialogue national est-il déjà voué à l’échec?

Le coup d'envoi des « rencontres consultatives préliminaires au dialogue national inclusif » a été donné ce lundi, au Centre de conférence international de Nouakchott. Il s’agit d’une nouvelle tentative de regrouper autour de la table l'ensemble du spectre politique mauritanien. En 2011, une coalition de trois partis d'opposition, la Cupad, avait accepté de dialoguer, mais depuis l'élection à la présidence de Mohamed Ould Abdelaziz en 2009, aucune des multiples tentatives de dialogue entre le pouvoir et le principal pôle de l'opposition, le FNDU, n'a abouti.



Mohamed Ould Abdel Aziz, le président mauritanien, lors d'une conférence de presse en mars 2015. AFP PHOTO / WATT ABELJELIL
Mohamed Ould Abdel Aziz, le président mauritanien, lors d'une conférence de presse en mars 2015. AFP PHOTO / WATT ABELJELIL

Au programme : deux ateliers. L'un pour plancher sur le contenu du futur dialogue, l'autre pour établir le calendrier. Mais difficile de voir comment ces rencontres pourraient réellement aboutir à un dialogue inclusif car le FNDU, le plus large pôle d'opposition dont la quasi-totalité des partis avaient boycotté les dernières élections, n'est pas présent.

« Nous ne voulons pas servir de caution à des discussions, car nous suspectons fortement que le but est de préparer le maintien au pouvoir, directement ou indirectement, d'ould Abdelaziz », explique Mahfoud ould Bettah.

La Cupad, l'opposition qui avait dialogué avec le pouvoir en 2011, a bien assisté à la cérémonie d'ouverture, tout en demandant le report de ces rencontres pour pouvoir jouer les médiateurs entre majorité et FNDU. En revanche, elle n'a pas participé aux ateliers.

Dialogue de sourds

 

Si le centre de conférence était plein ce lundi, pour ce qui est des formations politiques, il s'agissait donc essentiellement de partis de la majorité. Les consultations ont toutefois pu être élargies par la présence de l'Ordre des avocats et de représentants des syndicats et de la société civile. Se parler est une nécessité, dans l'intérêt du pays, ne cessent de répéter pouvoir et FNDU, mais le seul dialogue, jusqu'à présent, est un dialogue de sourds


Rfi

Mardi 8 Septembre 2015 - 10:19



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter