Maximilien



Pas plus que le Qatar, l'Arabie saoudite ou la Turquie n'ont à ce jour été formellement réprouvés pour alimenter les "rebelles" syriens en armes, argent et formation (notamment en Turquie). Quant aux "rebelles", je constate l'incapacité des nombreuses associations syriennes libres (ou quelque chose de ce genre) qui tiennent de multiples réunions dans différentes capitales et d'y profiter de l'éloignement dont du danger du conflit tout en bénéficiant d'une hospitalité alimentée par Dieu sait quels fonds?

Source : http://fr.rian.ru/letters/20130610/198514819.html...


Lundi 10 Juin 2013 - 16:09



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter