Mbagnick Ndiaye sur ses « déboires » lors de l’AG de la FSF : « Si c’était à une autre époque et que j’avais d’autres habits,… »

Le ministre des sports n’oublie toujours pas sa houleuse journée de samedi dernier lors de l’Assemblé Générale (AG) élective du président de la Fédération Sénégalaise de Football (FSF) où il a essuyé des insultes et échappé de peu au lynchage. Mbagnick Ndiaye qui en remet une couche ne manque pas de préciser : « Si c’était à une autre époque et que j’avais d’autres habits…les choses ne se seraient pas passées comme cela».



Mbagnick Ndiaye sur ses « déboires » lors de l’AG de la FSF : « Si c’était à une autre époque et que j’avais d’autres habits,… »


Près d’une semaine après l’AG élective du président de la FSF, Mbagnick Ndiaye se lâche. « Des gens sont venus dans mon bureau pour me dire de faire partir Me Augustin Senghor. Je leur ai répondu qu’une structure fédérale ne fonctionne pas de cette manière. Ce sont les associations qui votent qui doivent le faire partir et non l’Etat. Ces gens qui voulaient que l’Etat déstabilise Augustin Senghor, on les a retrouvés à côté de ce dernier », avant de revenir sur son langage de vérité qui lui valu cette tentative de lynchage de certains membres du monde du football qui n’ont rien compris selon lui.

« J’ai été invité à une assemblée générale au cours de laquelle, j’ai dit ce que je pense sans arrière pensée sans parti pris sans supporter un candidat ou un autre. J’ai dit que le prochain bureau doit faire en sorte que vous ayez un agent marketing, qu’il fasse que l’administration de la Fédération Sénégalaise de Football (FSF) fonctionne. Et c’est à la tutelle de réformer les textes. Voilà ce que j’ai dit de bonne foi. Malheureusement, j’ai été mal compris par certains. Certainement, ce sont les quelques applaudissements qui n’ont pas plu aux autres et cela a déclenché une réaction », assène-t-il sur les ondes de la RFM où le ministre des sports dégaine.
« Si c’était à une autre époque et que j’avais d’autres habits, les choses n’allaient pas se passer comme cela » tout en tressant des lauriers au nouveau président de la FSF, Me Augustin Senghor réélu à son poste qu’il occupe depuis quatre (4) ans dont le seul problème serait son « entourage ».
« C’est quelqu’un de bien. Il est très poli et est en train de faire ce qu’il peut mais gérer le football qui est une discipline particulière n’est pas facile. En mon âme et conscience, ma profonde conviction est qu’il fait du bon boulot mais son environnement fait que les gens ne le comprennent pas ».


Vendredi 30 Août 2013 - 12:46



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter