Mbaye Ndiaye-Retrouvailles Pds/Apr : «Le Président Macky Sall n’est pas demandeur»

Les retrouvailles prônées par le porte-parole du Khalife général des Mourides, Serigne Bassirou Abdou Khadre, ne sont ni une demande de l’Alliance pour la république (Apr), encore moins celle de son président et non moins président de la République, Macky Sall. C’est ce qu’a déclaré Mbaye Ndiaye, responsable au sein du parti présidentiel, qui se prononçait sur la question.



Mbaye Ndiaye-Retrouvailles Pds/Apr : «Le Président Macky Sall n’est pas demandeur»
«Le Président Macky Sall n’est pas demandeur de retrouvailles ni de quoi que ce soit, mais il est ouvert au dialogue».  Ces propos sont de Mbaye Ndiaye, ministre d’Etat et responsable au sein de l’Alliance pour la république (Apr) qui se prononçait sur l’appel aux retrouvailles émis par Serigne Bassirou  Mbacké Abdou Khadre.
Cet appel a suscité les précisions que l’«apériste», a jugées nécessaire d’apporter : «Je remercie le porte-parole du Khalife général des Mourides, Serigne Bassirou Abdou Khadre. Mais depuis son accession à la Magistrature suprême, le Président Macky Sall n’a cessé d’appeler à l’unité des esprits et des cœurs. C’est à cet appel qu’a répondu aujourd’hui, le Président Abdou Diouf qui accompagne Macky Sall pour bâtir un Sénégal émergent. A fortiori Me Abdoulaye Wade».
 
Selon lui, Macky Sall ne considère aucun Sénégalais comme son adversaire, parce qu’étant élu pour être au service de toute la population : «le cœur de Macky Sall bat d’un amour, d’un respect et d’une considération très forte à l’endroit de tous ceux-là qui ont rendu service au Sénégal, particulièrement son  prédécesseur Me Abdoulaye Wade. Même s’il y a par ailleurs des divergences de conceptions, de conduites des affaires de l’Etat. Le Président Macky Sall n’a pas d’adversaires dans son cœur et dans son esprit, autres que ceux-là qui, d’une manière ou d’une autre, ne prennent pas en charge d’abord, l’intérêt majeur de la Nation» ; a-t-il souligné.

Et Mbaye Ndiaye de poser quelques préalables qui doivent être réglés : «les préalables de telles retrouvailles doivent être le respect de ce qu’incarne le président de la République. Sous ce rapport, Me Abdoulaye Wade doit savoir que les contradictions ne se règlent pas dans la rue et personne ne peut faire peur à l’autres», conclut-il. 

Ousmane Demba Kane

Mardi 20 Octobre 2015 - 12:21



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter