Me Aissata Tall Sall: « On ne doit pas être surpris de contestations post-congres »



Me Aissata Tall Sall: « On ne doit pas être surpris de contestations post-congres »
Une plaidoirie par voie de presse, c'est l'option choisie par la candidate au poste de Secrétaire général du Parti Socialiste (PS), Aïssata Tall Sall. Avec une lettre ouverte aux socialistes, elle semble vouloir le débat en parlant de violation de l'art 26 du statut du PS.  Selon elle, cette disposition exige la présentation d'un rapport « traitant des questions de politique générale, de doctrine et de la vie du parti. Et qui devront être communiqué aux structures de base au moins un mois avant la tenue du congrès ». Or, souligne Me Aïssata Tall Sall, ce rapport n'est pas encore parvenu aux instances qui doivent se prononcer politiquement et librement.


De l'avis de l'adversaire d'Ousmane Tanor Dieng à la tête du Parti socialiste, « toutes ces questions démontrent à suffisances que nous ne sommes pas prêts, sauf à tenir ou organiser un congrès partiel, juste convoqué pour élire un secrétaire général ». Ainsi, elle trouve dommage que la non-communication du rapport ne permette pas aux militants de se prononcer sur des questions aussi vitales.


Me Aïssata Tall Sall s'interroge aussi sur la légitimité d'un congrès qui « écarte » nombre de coordination et structures fondamentale de notre organisation. Dans la même foulée, elle tente de répondre à Tanor qui déclarait que les gens qui veulent que le congrès se tienne sont 3 à 4 fois plus nombreux que les autres. « Peut-on penser que lorsqu'une quarantaine de personnes demandent la tenue du congrès sur plus de cinq cent présents, qu'une majorité s'est dégagée pour y consentir », se demande Aïssata Tall Sall.


Lundi 26 Mai 2014 - 11:43



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter