Me François Serres : «Il n’y a que des faussaires dans ce procès »

A l’image de leur client qui ne reconnait pas les Chambres africaines extraordinaires (Cae), les avocats de Hissène Habré ne ratent jamais une occasion de tirer à boulets rouges sur les juges, les avocats qui se sont constitués pour défendre l’ex homme fort tchadien et sur les témoins. Selon Me François Serres, il n’y a rien de vrai dans ce procès.



Me François Serres : «Il n’y a que des faussaires dans ce procès »
«Le témoin est faux. Il a caché les responsabilités d’Idriss Deby dans l’affaire de septembre noire », s’est écrié Me François Serres, l’un des avocats de Hissène Habré qui a décidé de boycotter les audiences. Ce cri lancé contre l’historien Arnaud Dingamadji traduit les ressentiments qu’ils ont à l’encontre des témoins appelés à la barre dans cette affaire.
 
Mais cette suspicion ne concerne pas seulement les témoins. En effet, Me François Serres ne voit pas non plus d’un bon œil, les avocats qui se sont constitués pour défendre les intérêts de l’ancien président de la République du Tchad : «Aujourd’hui, on a une instruction qui est faite à charge. Voulez-vous que ces avocats commis d’office, qui ne connaissent pas le Tchad, qui n’ont pas demandé la comparution des témoins à décharge, qui n’ont pas demandé la comparution d’Idriss Deby, puissent défendre Hissène Habré. Ils plaident contre Hissène Habré en disant ‘’on s’en rapporte aux décisions de la Chambre’. Ils n’ont rien à dire ».
 
Les juges aussi en ont pris pour leur grade. En effet, selon l’avocat, les juges ont déjà pris parti et que la décision concernant M Habré a déjà été prise et qu’il ne restait qu’à l’acter : «Ces juges-là ne sont que des mandataires de l’Union africaine avec un mandat politique de condamnation. Il n’y a que des faussaires dans cette juridiction», a-t-il conclu.

Ousmane Demba Kane

Jeudi 10 Septembre 2015 - 16:14



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter