Me Wade : « La provocation au profit d'Idrissa Seck »




 Abdoulaye Wade, l'ancien chef d'Etat du Sénégal a réussi un véritable coup de maître avec son retour. Presque absent du pays et du paysage médiatique depuis sa défaite du 25 mars 2012, il a réussi en quelques jours à ravir la vedette à Macky Sall et son gouvernement. Depuis son arrivée, le Parti Démocratique Sénégalais (PDS) a retrouvé un nouveau souffle. Il draine des foules, multiplie les visites de courtoisie et les discours en exploitant les difficultés des Sénégalais pour investir la « rue publique » et haranguer les foules. Malheureusement au profit d’Idrissa Seck, leader de Rewmi fervent opposant du régime Sall.

 
L’enseignant-chercheur à l’Université Gaston Berger (UGB), Amadou KA et le politologue, Yoro Dia qui décrypte la situation politique actuelle en sont convaincus.  Le premier est en effet formel : Cette attitude de Wade profite au leader de l'opposition notamment « Idrissa Seck » qui « est mieux placé pour être le chef de l'opposition malgré le fait qu'il traverse des moments particulièrement difficiles ».

 
Amadou KA de soutenir que « ce que Wade est en train de faire, c'est un jeu d'enfant, c'est de la poudre aux yeux. Presque absent du pays et du paysage médiatique depuis sa défaite du 25 mars 2012, il a réussi en quelques jours à ravir la vedette à Macky Sall et son gouvernement. J'ai été surpris par la teneur de son discours. Wade est fini. Il faut que les gens soit un peu plus sérieux. Il est très facile de mobiliser au Sénégal ». Ce, avant d’ajouter que « cette mobilisation renseigne sur l'oisiveté des Sénégalais qui n'ont rien à faire ».
 

Dans la même veine, le politologue Yoro Dia qui s’accorde à dire « si Wade fragilise le régime en place, il travaille objectivement pour Idrissa Seck ». Ce, d’autant plus selon ce dernier que Wade est un chef qui n'aspire plus à diriger quoi que ce soit. Alioune Fall, analyste politique,  pour sa part, pense que « ce serait une grave erreur de la part du président de la République de se soucier de Me Wade dans ce contexte actuel. « Aller dans ce sens, ce serait faire le jeu de Abdoulaye Wade. Un jeu ou Wade gagne à tous les coups », lance ce dernier dans les colonnes du journal « le populaire » où il ne manque pas d’avertir : « Wade ne peut pas rester tranquille. Et il n’est pas venu pour rester tranquille. Il va monter en puissance dans la provocation ». 

Ibrahima Badiane

Lundi 28 Avril 2014 - 16:30



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter