Melania Trump et Michelle Obama: rencontre du troisième type à la Maison Blanche



A part une tendance de l'une à reprendre les discours de l'autre (l'auteure du discours de Melania Trump à la Convention républicaine, raillé depuis plusieurs jours pour son plagiat évident d'un discours de Michelle Obama, a admis avoir emprunté des paragraphes au discours historique de la «First Lady» de 2008), et le fait qu'elles mesurent toutes les deux 1m80, difficile a priori de trouver un point commun entre Melania Trump et Michelle Obama. Alors que leurs époux avaient une «excellente conversation» dans le Bureau ovale voisin, l'actuelle et la future First lady ont pourtant bien dû s' accommoder de leur différence, ce jeudi à la Maison Blanche, pour leur première rencontre en tête-à-tête. 
 
Michelle Obama a ainsi reçu la future Première dame dans la résidence historique, à l'écart des journalistes. «Michelle a eu la chance d'accueillir la future Première dame et nous avons aussi eu une excellente conversation avec elle», a commenté Barack Obama devant Donald Trump. 
 
L'une est populaire, l'autre nettement moins

Michelle Obama, 52 ans, première First Lady afro-américaine de l'histoire du pays, ancienne avocate diplômée de Harvard quittera la Maison Blanche le 20 janvier, créditée d'une cote de popularité au zénith : extrêmement charismatique, elle est à 79% d'opinions favorables, selon un récent sondage de l'institut Gallup. C'est plus que son mari ! 

Melania Trump ancienne mannequin d'origine slovène de 46 ans a, quant à elle, tout à prouver : elle a 28% d'opinions favorables et 32% d'opinions défavorables, les plus mauvais chiffres pour une future First Lady depuis les années 1980, selon Gallup. Elle a très peu participé à la campagne, préférant rester chez elle dans son triplex en haut de la tour Trump à New York, pour s'occuper de Barron, 10 ans, le fils qu'elle a eu avec Donald Trump. Elle a aussi, faute d'un véritable sésame délivré par une prestigieuse université, provoqué un petit scandale en affirmant sur son site internet qu'elle était diplômée d'une école d'architecture, ce qui serait faux.
 
De son côté, Michelle Obama n'avait pas ménagé sa peine ces dernières semaines pour faire élire son «amie» Hillary Clinton. Discours décapants, formidable énergie, elle avait participé à plusieurs meetings de campagne, y apportant un souffle qui souvent faisait défaut. Elle avait, mi-octobre, critiqué l'attitude «effrayante» du milliardaire envers les femmes, le traitant notamment de «prédateur sexuel». A la convention démocrate en juillet, elle avait sans le nommer dénoncé un «langage de haine (...) qui ne représente pas l'esprit de ce pays».

Une Première dame engagée

Régulièrement encensée pour son élégance à la fois moderne et glamour, elle a été à la Maison Blanche une Première dame très active. Elle s'est impliquée dans la lutte contre l'obésité des enfants, a soutenu les familles de militaires et a, l'an dernier, lancé avec son mari une initiative visant à développer la scolarisation des filles dans le monde.
 
Melania Trump, toujours très soignée et souriante, est beaucoup plus réservée, et entend être une Première dame plus classique. Elle avait entamé très jeune une carrière de mannequin en Italie et en France. A la convention républicaine en juillet, elle avait été critiquée pour avoir plagié dans son premier discours plusieurs passages d'une ancienne allocution de Michelle Obama. Elle a «toujours aimé» Mme Obama, qui fait partie des personnes qui l'ont inspirée, avait alors expliqué la «plume» du discours. Melania Trump avait ensuite disparu de la campagne.
 
Elle y est revenue très récemment, pour un discours où, visiblement intimidée, elle s'est faite l'avocate des «valeurs américaines, gentillesse, honnêteté, respect, compassion, générosité». «Nous devons trouver une meilleure façon de nous parler, d'être en désaccord, de nous respecter», a-t-elle déclaré.

Cette femme qui se dit «très indépendante», a ajouté que si elle devenait Première dame, elle s'investirait dans la défense des femmes et des enfants. Et mettrait l'accent sur la lutte contre le harcèlement sur Internet. Les critiques de son mari s'en sont gaussés, rappelant la virulence de Donald Trump sur Twitter. 
 
La rencontre des deux femmes a en tout cas eu le mérite de faire parler les internautes sur Twitter, très curieux de découvrir les sujets de conversation entre les deux «First lady», certains réclamant des photos de l'événement. «Michelle Obama fera visiter la Maison Blanche à Melania Trump, ça va être tellement bizarre» affirme l'un d'eux. 

laparisienne.com

Vendredi 11 Novembre 2016 - 10:52



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter