Menaces d’attentats anti-occidentaux à Sanaa

Les ambassades américaine et britannique à Sanaa ont fermé le 3 janvier en raison de menaces d'al-Qaïda, qui a revendiqué l'attentat manqué de Noël. Washington et Londres vont coopérer davantage dans la « lutte contre le terrorisme » au Yémen et en Somalie. Sanaa renforce son dispositif militaire sur son territoire.



Devant l'ambassade américaine après une attaque à Sanaa, le 18 septembre 2008. (Reuters/Stringer)
Devant l'ambassade américaine après une attaque à Sanaa, le 18 septembre 2008. (Reuters/Stringer)
Au Yémen, l'heure est à l'offensive anti-terroriste.
Alors que des centaines de soldats supplémentaires ont été déployés dans les provinces orientales du pays, plusieurs sources locales précisent que de nombreuses familles auraient déjà quitté la région de Dahle, dans le sud du pays, où des opérations d'envergure seraient aussi sur le point de débuter.

Pour parer les menaces des islamistes somaliens de venir épauler « leurs frères yéménites », les gardes-côtes ont renforcé la sécurité des façades maritimes du pays, dans le sud et dans l'ouest.

En visite à Sanaa, Le Général Petraeus, le commmandant des forces américaines en Iraq et en Afghanistan, a salué les efforts yéménites sur le front de la lutte contre le terrorisme. Et il a confirmé le doublement de l'aide américaine au Yémen dans le domaine sécuritaire, une aide qui pourrait donc atteindre 140 millions de dollars en 2010.

Mais aujourd'hui, des députés yéménites de l'opposition mettent en garde contre une présence américaine plus opérationnelle sur le terrain yéménite : elle pourrait faire le jeu des mouvements terroristes. Alors que la coopération entre les Etats-Unis et le Yémen se renforce, l'Ambassade américaine à Sanaa vient d'annoncer sa fermeture, en réponse à des menaces d'al Qaida Péninsule arabique.

RFI

Dimanche 3 Janvier 2010 - 18:39



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter