Menaces de Daesh contre les alliés de la France : le Sénégal doit surveiller ses arrières.

Le communiqué de Daesh est clair net et précis. «Que la France et ceux qui suivent sa voie sachent qu’ils resteront à la tête des cibles de l’Etat islamique », peut-on lire. Le Sénégal faisant partie de ceux-là, la conclusion est vite tirée : Le Sénégal doit surveiller ses arrières.



Menaces de Daesh contre les alliés de la France : le Sénégal doit surveiller ses arrières.
«Que la France et ceux qui suivent sa voie  sachent qu’ils resteront à la tête des cibles de l’Etat islamique». Cette déclaration est de l’Etat islamique, après les attentats de Paris qui ont fait plus de 129 morts dont une ressortissante sénégalaise et des centaines de blessés.

Mais hormis le risque de voir d’autres compatriotes être des victimes d’attaques terroristes, ceux vivant au Sénégal ne doivent pas dormir sur leurs lauriers. En effet, le Sénégal, comme allié de la France, puisqu‘échangeant des informations et partenaire économique de ce pays, fait partie, de fait, du lot de ceux qui suivent l’ancienne puissance coloniale.

Le terrorisme est aussi déjà présent dans des pays partageant leur frontière avec le Sénégal. Dans ce lot, on retrouve le Mali, où le Sénégal a déployé des troupes, et la Mauritanie, République dans laquelle ces mouvements sont très actifs, mais aussi dans d’autres pays partageant l’espace CEDEAO comme le Nigéria.

Ousmane Demba Kane

Lundi 16 Novembre 2015 - 08:00



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter