Message du Président Macky Sall à l’occasion du Sommet du G20 à Hangzhou en Chine



Lorsque les incertitudes persistent et que les risques s'accroissent, l'innovation devient encore plus pressante pour mieux influer sur le cours du monde. Le thème du Sommet du G20 de 2016 en Chine est donc bien à propos: "Vers une économie mondiale innovatrice, dynamique, interconnectée et inclusive". C'est le défi de nouvelles idées et de nouvelles propositions pour inspirer de nouvelles manières de voir la marche du monde. Je note, à chaque Sommet du G20, un volonté politique réelle dans cette direction. 

Tout le monde convient maintenant que l'Afrique a un rôle majeur à jouer dans la réalisation de cette grande ambition d'innover dans la conduite des affaires du monde, notamment dans le domaine économique et financier. La croissance de l'économie mondiale a besoin de l'immense potentiel en ressources naturelles, démographiques et en capital humain du continent. Pour diverses raisons, l'Afrique reste encore cette partie du monde où les bases mêmes du développement sont à construire. Les infrastructures, l'énergie, l'éducation et la formation sont de vastes chantiers en attente d'investissement. 

L'innovation n'est pas seulement technologique. Elle est aussi et surtout dans la manière de formuler de nouvelles stratégies pour mieux aborder des virages qui permettent à l'économie mondiale de faire reculer les frontières de la productivité et pour un croissance saine et durable. Accorder une priorité à l'Afrique, substituer à la logique d'aide des stratégies d'investissement et de partenariat, spécialement dans les domaines précités, telle est, à la fois, l'exigence et l'urgence pour que l'économie mondiale ait un nouveau souffle qui va accroître la prospérité dans tous les pays. 

J'appelle également les dirigeants du G20 à s'engager encore plus activement dans la réforme du système fiscal international qui doit permettre à l'Afrique de mieux profiter de ses ressources naturelles. L'évasion et la fraude fiscales sont aussi des facteurs qui ralentissent la croissance. Il faut, notamment, une fiscalité appropriée, qui permette de mobiliser davantage de ressources pour les pays en développement, l'Afrique en particulier qui a besoin de l'appui du G20 pour un changement des législations en cours sans que les pays ne soient pénalisés outre mesure. C'est une question d'équité.

Je suis sûr que la présidence chinoise du G20 accentuera les efforts les efforts déjà faits dans ce sens tout en partageant davantage son expérience de développement et d'innovations dont l'efficacité est incontestable. La République populaire de Chine est parvenue à des résultats spectaculaires en un temps court à l'échelle de l'histoire. C'est le lieu de témoigner, en ma qualité de Président du Sénégal, du dynamisme de la coopération entre nos pays qui partagent les valeurs de paix et de solidarité.

Puisse le Sommet du G20, dans cette belle ville de Hangzhou conforter nos espoirs d'un monde meilleur de paix et de prospérité.     

Khadim FALL

Dimanche 4 Septembre 2016 - 15:43



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter