Meurtre de deux Français à Madagascar: trois nouvelles personnes arrêtées

Plus d’un mois après le double meurtre de deux jeunes Français sur l’Île Sainte-Marie, au nord-est de Madagascar, des enquêteurs français sont attendus sur la Grande Île cette semaine, alors qu’on vient d’apprendre que trois hommes avaient été arrêtés. Cinq personnes avaient déjà été placées en détention provisoire.



Les trois hommes, des pêcheurs de Sainte-Marie, ont été arrêtés il y a plusieurs jours déjà. Mais ils n'ont « rien avoué », selon les dires du procureur de Tamatave qui mène l'enquête. Pourtant, « ils étaient sur les lieux du crime quelques minutes avant l'heure probable du meurtre », affirme-t-il.
 
L'un des nouveaux suspects avait d'ailleurs déjà été auditionné par les gendarmes en qualité de témoin. Il avait affirmé ne rien savoir. Un « mensonge », conclut le procureur qui ajoute que les suspects ont finalement admis leur présence sur place le soir du drame.
 
Fin août, les corps de deux jeunes Français, un garçon de 25 ans et une fille de 23 ans avaient été découverts sur une plage de Sainte-Marie. Tous deux étaient volontaires à Cetamada, une association malgache de protection des mammifères marins. Ils avaient passé la soirée dans une boîte de nuit et leurs corps, roués de coups, avaient été retrouvés au petit matin.
 
Selon le procureur, « c'est sûr que des gens ont vu ce qu'il s'est passé ». La plage n'est qu'à quelques mètres de la discothèque et la soirée a été animée jusqu'à l'aube. Mais il déplore qu'il soit « difficile de compter sur la coopération des Saint-Mariens qui restent soudés ».
 
Les trois hommes n'auraient pas de lien avec les victimes. S'ils étaient coupables, ce serait alors un crime crapuleux. Mais aucune piste suivie jusqu'à présent ne semble aboutir. Le procureur attend avec impatience les résultats des tests scientifiques effectués par la France à sa demande. Une partie de ces résultats doit lui être remise cette semaine par des enquêteurs qui arrivent de Paris et de La Réunion et qui vont continuer les investigations.


Source: Rfi.fr

RFI

Lundi 10 Octobre 2016 - 07:58



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter