Mexico encore paralysé par la grève des enseignants, le gouvernement fléchit

Au Mexique, les maîtres d’école mécontents de la reforme de l’éducation votée par la Chambre des députés sont toujours en grève, et ce depuis la rentrée scolaire, début août. Hier, mardi 1er octobre, ils ont encore bloqué la capitale, provoquant un chaos et des embouteillages monstres.



Les grévistes ont bloqué l'accès à l'aéroport international de Mexico, le 1er octobre. REUTERS/Tomas Bravo
Les grévistes ont bloqué l'accès à l'aéroport international de Mexico, le 1er octobre. REUTERS/Tomas Bravo
Les milliers de maîtres d’école et instituteurs de la Coordination nationale des travailleurs de l’éducation, ont manifesté toute la journée de mardi, transformant la capitale en un immense embouteillage. Après un affrontement avec la police aux abords de l’aéroport international, les manifestants ont coupé le périphérique, empêchant les banlieusards d’entrer dans la ville. Ils ont ensuite pris la direction du ministère de l’Intérieur par l’avenue Zaragoza, bloquant l’un des principaux axes de la capitale.
 
Vers de nouvelles négociations ?

 
En fin de journée, le gouvernement, qui avait annoncé qu’il resterait inflexible car la réforme de l’éducation avait été votée à une large majorité, a finalement cédé. Il a offert d’installer une nouvelle table de négociation à haut niveau pour réviser trois points de la réforme : participation directe des professeurs au nouveau modèle éducatif, gratuité de l’enseignement, freiner la répression syndicale.
 
Le dialogue devrait reprendre ce mercredi 2 octobre. Les maîtres d’école sont retournés à leur campement sur la place de la Révolution. Ils exhortent le gouvernement à tenir sa parole afin de mettre un point final à ces manifestations.

Dépéche

Mercredi 2 Octobre 2013 - 12:13



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter