Michaelle Jean condamne avec la plus grande fermeté l’attaque terroriste sur les Champs-Elysées

La Secrétaire générale de la Francophonie condamne avec la plus grande fermeté l’attaque terroriste qui a causé la mort d’un membre des forces de police et blessé trois autres personnes, à Paris le 20 avril 2017.



«A trois jours du premier tour de l'élection présidentielle, la France a à nouveau été la cible d'une attaque terroriste en plein cœur de sa capitale. Cette fois encore ce sont les forces de l'ordre qui ont été prises pour cible et trois victimes sont à déplorer», a déclaré Michaelle Jean. 
 
« Je tiens à exprimer la vive émotion et le soutien de toute la famille francophone aux autorités françaises et aux familles des victimes et à saluer une fois encore le grand courage, le professionnalisme et l'abnégation dont font preuve les membres des forces de sécurité et de maintien de la paix qui sont en première ligne et paient régulièrement un lourd tribut pour assurer notre défense et le respect des valeurs de liberté, de fraternité et d'unité dans la diversité, qui forment le socle de la Francophonie», a-t-elle ajouté.
 
«Encore une fois, je veux réitérer que nous devons tous, avec nos moyens, et dans un esprit d’unité et de solidarité, prendre part à ce combat, contre ceux qui veulent instiller la haine, la division, le repli sur soi et la peur de l’autre, dans nos sociétés. Nous devons plus que jamais unir nos forces contre ces organisations criminelles qui déploient dans le monde leur stratégie de terreur, lâche et abjecte, qui veulent déstabiliser nos sociétés, nous monter les uns contre les autres, faire triompher les discours de haine et de rejet, et miner ainsi tous les efforts déployés pour consolider la paix et la stabilité, dans nos pays, dans nos régions et dans le monde en général», conclut Michaëlle Jean, dans une déclaration parvenue à PressAfrik.
 
Dans ce contexte, la Francophonie se tient aux côtés de la France et des autres Etats et gouvernements membres dans ce combat contre le terrorisme et la radicalisation violente a-t-elle ajouté en rappelant les engagements pris par les chefs d’État et de gouvernement à l’occasion du XVIe Sommet de la Francophonie, tenu les 26 et 27 novembre 2016 à Antananarivo (Madagascar), lit-on dans le document. 


Vendredi 21 Avril 2017 - 14:32



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter