Migrants à Calais: «La route est dangereuse, mais je veux essayer»

A Calais, dans le nord de la France, plusieurs centaines de migrants tentent chaque nuit de s'introduire sur le site du tunnel sous la Manche dans l'espoir de se rendre en Grande-Bretagne. Neuf personnes sont mortes dans différents accidents en moins de deux mois. Le dernier, un jeune Soudanais, a été percuté par un camion dans la nuit de mardi à mercredi.



Ils ont été au moins une centaine à tenter d’entrer dans le site du tunnel sous la Manche cette nuit. Et pour y accéder, ils n’ont pas hésité à prendre beaucoup de risques : traverser à pied quatre tronçons d’autoroute, courir le long des nationales pour échapper aux policiers, enjamber les voies ferrées, frôler les trains, pour finalement arriver en pleine nuit près du site du tunnel sous la Manche.

Ce qui frappe chez ces hommes, ces femmes et parfois ces enfants, c’est leur détermination. Certains ont peur, ils le disent, mais il n’y a aucune hésitation dans leur regard, dans leur discours. Pour eux, l’Angleterre, c’est l’espoir d’une vie meilleure. « J’essaie d’aller en Angleterre. Là-bas, c’est bien. Les enfants reçoivent une bonne éducation. Je sais que la route est dangereuse, mais je veux essayer », glissait ainsi Awal, âgé de seulement douze ans, qui tente depuis trois semaines de rejoindre le tunnel sous la Manche. « Ce n’est pas bien pour nous, on risque notre vie, mais on essaie », rapporte en écho Kemji, un Erythréen.


Ibrahima Mansaly

Jeudi 30 Juillet 2015 - 09:01



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter