Mis à la disposition de la charia saoudienne : Amnesty international, RADDHO et LSDH au secours d’Al Khaly Cissé




Tout pour sortir le responsable libéral de la gueule du loup en Arabie Saoudite où le secrétaire exécutif d’Amnesty international section Sénégal est formel : Al Khaly Cissé risque gros.  « Nous sommes indignés par la nouvelle de son extradition qui nous a été confirmée par sa famille et nous disons que c’est une extradition qui est complétement illégale du point de vue du droit international. Le Maroc qui est un Etat de droit sait très bien qu’en Arabie Saoudite, la torture est courante, les mutilations sont des pratiques courantes et la peine de mort est pratiquée de façon massive. Tout est possible,  aujourd’hui, il peut être mutilé, c’est une possibilité. Il faut que les Sénégalais sachent cela », Seydi Gassama qui ne rate pas l’Etat du Sénégal. « Nous sommes déçus par l’Etat du Sénégal qui n’a pas fait tout ce qu’il devait faire pour Al Khaly Cissé ».
 

Ce qui du côté des organisations des droits de l’homme, ne sera pas fait car le droit de l’hommiste annonce qu’Amesty international, la Rencontre Africaine des Droits de l’Homme (RADDHO) et la Ligue Sénégalaise des Droits de l’Homme (LSDH) vont mettre en branle toutes leurs forces pour le tirer d’affaire même si selon Seydi Gassama, «  il faut que cela soit clair et que tous les Sénégalais le sachent, l’Arabie Saoudite est un pays qui ne respecte pas les droits humains, ce pays se fiche complétement de la pression internationale, ils ont du pétrole ». Une raison selon ce dernier pour que « le gouvernement se rattrape rapidement en mettant en œuvre tout son poids diplomatique pour le sauver ».


Président du comité national des Droits de l’homme donne lui aussi de la voix. Alioune Tine déclare qu’il fera tout son possible pour éviter l’exécution d’Al Khaly Cissé. Actuellement à Luanda en compagnie du président du conseil nationale consultatif des droits de l’homme du Maroc, ce dernier de dire que son homologue est tout aussi choqué que lui car « il avait vraiment bien pour bloquer l’extradition » mais « il y a eu beaucoup de disfonctionnements, pratiquement c’est un problème d’Etat ». Et maintenant qu’Al Khaly Cissé est extradé, « on a décidé de continuer le travail pour essayer de rattrape ce qui peut l’être encore donc sur ce point dès mon retour à Dakar, on va voir ce qu’on peut faire avec les autorités sénégalaises mais aussi sénégalaises et de l’Arabie Saoudite en sorte qu’il ne soit pas exécuté ».
 
Un heureux dénouement auquel on ne s’attend plus chez la famille du détenu car la nouvelle de l’extradition du responsable libéral dans les liens de la détention depuis deux (2à ans au Maroc pour escroquerie sur un homme d’affaires saoudien a semé la désolation à Ndiamalathiel, son village natal où parents et amis ont tous convergé au domicile d’Al Khaly Cissé au chevet de sa femme,  Fatoumata Cissé qui après avoir pleuré toutes les larmes de son corps, dit s’en remettre à Dieu. A Sédhiou, la famille de l’extradé de dire selon le correspondant de la Rfm que l’Etat du Sénégal a abandonné Al Khaly Cissé qui se retrouve dans la gueule du loup.


Samedi 10 Mai 2014 - 03:00



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter