Moines de Tibéhirine: Alger veut entendre de nouveaux témoins français

La perspective d'une visite du juge Marc Trévidic en Algérie semble encore s'éloigner. Mercredi dernier, le juge français s'était emporté, car il n'avait aucune nouvelle concernant la possibilité d'un voyage en Algérie pour poursuivre l'enquête sur les moines de Tibéhirine. Ces 7 moines français qui avaient été enlevés, séquestrés et assassinés en mai 1996. Ce dimanche 13 juillet, le journal El Watan affirme que si cette visite est reportée côté algérien, c'est parce qu'Alger veut entendre deux témoins des services secrets français. Cette information est un nouvel épisode d'un feuilleton qui dure depuis plus de six mois.



Les moines trappistes du monastère de Tibéhirine dans l'Atlas algérien. Ils avaient été enlevés, séquestrés et assassinés en mai 1996.
Les moines trappistes du monastère de Tibéhirine dans l'Atlas algérien. Ils avaient été enlevés, séquestrés et assassinés en mai 1996.

Le juge Trévidic avait été plutôt discret jusqu’à maintenant. Fin novembre, il obtient le feu vert d’Alger pour effectuer les autopsies. Fin février, le déplacement du juge français doit être reportée. Commentaire du magistrat algérien : tout n’était pas prêt pour cette visite.

Au mois de mai, le ministre français des Affaires étrangères affirme que Marc Trévidic doit arriver à Alger dans les jours qui suivent. A la veille du départ, la visite est à nouveau annulée, le juge n’a pas reçu d’invitation officielle. Le ministre de la Justice algérien affirme qu’il n’y a aucun différend entre les deux pays. Marc Trévidic ne fait toujours aucun commentaire. Jusqu’à cette semaine. En direct à la radio, il dénonce : « Je ne comprends pas ce qui se passe. En septembre-octobre, une bonne fois pour toutes, il va falloir savoir si on se moque de nous ou pas ».

Et c’est dans ce contexte que le journal El Watan annonce qu’Alger veut entendre de nouveaux témoins, le chef de la DGSE en Algérie en 1996 et l’un de ses officiers. Selon le journal, voilà pourquoi la visite de Marc Trévidic serait sans cesse repoussée.

Source : Rfi.fr
 



Lundi 14 Juillet 2014 - 09:38



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter