Morosité économique ambiante: ce que le gouvernement doit éviter pour que le "pays n’aille pas droit au chaos"

Il ne fera pas bon vivre au Sénégal qui file droit vers la récession et qui dit récession pense la croissance Economique au ralenti, selon la Fédération Nationale des Cadres Libéraux (FNCL) affiliée au Parti Démocratique Sénégalais (PDS) qui peint ce sombre tableau sous la houlette d’Abdou Khafor Touré qui ne manque pas de donner des leçons de gestion au président Sall qui selon lui, ne « trouve rien de mieux à faire que d’emprunter chaque mois 25 milliards de plus ». Ce qui « embourbe l’économie nationale dans une morosité ambiante qui frise la récession ».



Morosité économique ambiante: ce que le gouvernement doit éviter pour que le "pays n’aille pas droit au chaos"
Aprés 15 mois de régne de l'actuel régime le constat est là: "Rien de concret. Pas même un plus petit emploi créé. Le monde rural se plaint de la mauvaise qualité et du coût exorbitant des semence tardivement distribués, les sénégalais se sentent abandonnés et constatent le reniement progressif du gouvernement par rapport aux engagements pré-électoraux", souligne la FNCL dont fait partie Abdou Khafor Touré qui s'offusque de la promesse du président Sall qui avait assuré des "économies de 120 milliards de F CFA en plus d'une baisse substancielle des denrées de première nécessité et de 100.000 nouveaux emplois  par an.

"Aujourd'hui, au lieu d'honorer ses engagements, l'Etat embourbe l'économie dans une morosité qui frise la récession avec un déficit d'investissements, une dette intérieure toujours prégnante mais aussi une forte baisse de la commande publique", lâche le responsable libéral qui est loin d'en avoir fini avec "la baisse continue des recettes fiscales et douanières alors que le rapport synthétique sur la situation d'éxecution du budget de l'Etat du 31 mars 2013 qui apprend que par rapport au premier trimestre de 2012, les recettes fiscales et non fiscales ont progressé de 5,2 milliards soit 1,7 %".

Une situation qui oblige "tous les mois, le gouvernement a emprunté 25 milliards". Et ce, pour être "en mesure de payer les salaires" selon le porte-parole des cadres libéraux qui ne manque pas de prédire qu'"à ce rythme, le pays va droit vers le chaos" tout en donnant une leçon de gestion au président Sall sur les colonnes du journal "Le Quotidien" où il précise que l'argent généré par les emprunts obligataire ne doit servir qu'à faire face aux charges de fonctionnement de l'Etat notamment à travers le soutien d'investissements structurants, ce qui crée la valeur ajoutée pour l'économie nationale tout en suggèrant au nouveau régime de "s'employer à corriger cette situation  au lieu de jeter son dévolu sur le PDS".


Jeudi 25 Juillet 2013 - 13:05




1.Posté par Ciré Balley DIALLO , THIES le 26/07/2013 03:45
Ne soyons pas si amnésiques au point d'oublier les 13 années de gestion libérale /Anarchique de notre économie, de nos valeurs perdues par la corruption érigée en règle, les menaces, le partage du foncier,l'injustice,....Des gens sortis de l'ombre très vite devenus Milliardaires ...Si la gestion libérale de Wade et de ces complices était bonne " ILS " seraient aujourdhui encore au pouvoir .IL EST BIEN DIFFICILE DE REFAIRE CE QUE DES TERMINES ONT DETRUIT ET LES TERMINES , IL FAUT LES ANEANTIR A JAMAIS...Ceux qui ont compris se taisent et râsent les murs...QUI A MIS LE PAYS DANS CET ETAT???

2.Posté par Cheikh Dieng le 30/07/2013 13:24 (depuis mobile)
Si vraiment les libéraux sont des termines qui ont détruit le Senegal,je vois que vous n''aimez ce pays parceque vous avez élu un nouveau termine.Même si les libéraux ont détruit le pays Macky est élu pour bâtir le Senegal mais pas a la querelle

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter