Mort Bassirou Faye : l’épée de Damoclès qui pend sur les têtes de Mary Teuw Niane et Abdoulaye Daouda Diallo



Mort Bassirou Faye : l’épée de Damoclès qui pend sur les têtes de Mary Teuw Niane et Abdoulaye Daouda Diallo
C’était une revendication phare des étudiants de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD) confortés par le Syndicat Autonome des Enseignants du Supérieur (SAES) : Les ministres de l’Intérieur et de la Sécurité publique et la tutelle en charge de l’Enseignement supérieur et de la Recherche devaient être démis de leurs fonctions. Ceci, comme condition sine qua none de l’apaisement dans l’espace universitaire. Mais le constat est là. Bassirou Faye est tombé le 14 août dernier lors de manifestations entre forces de l’ordre et étudiants. D’une balle à la tête, le jeune originaire de Diourbel, s’est retrouvé à la morgue de l’hôpital Principal de Dakar. Trois (3) jours plus tard, le président Sall alors aux Etats-Unis puis en France, regagne le territoire national pour se prononcer sur la question. « Toute la lumière sera faite. Je ne veux pas d’une deuxième affaire Balla Gaye (étudiant mort en 2001), un meurtre jamais élucidé. C’est la raison pour laquelle, nous avons sollicité la France dont un des experts balistiques doit arriver à Dakar ».

 
L’expert balistique est bel et bien venu. Son expertise terminé, il a même rendu la dépouille mortelle de feu Bassirou Faye à sa famille qui après avoir procédé à l’enterrement, attend toujours les résultats de l’enquête. Ce, au moment où les étudiants réclament justice. « Le dossier traîne, il faut que nous soyons édifiés. Nous ne voulons pas que le dossier soit classé sans suite. Et nous nous demandons si ce n’est pas déjà fait puisque personne ne parle. N’oublions pas qu’il y a eu mort d’homme, des blessés graves, des saccages exécrables avec vols de biens… », charge Oumar BA, porte-parole du collectifs des étudiants de l’UCAD, dans « L’Observateur ». Colonnes sur lesquels où un proche du Président Sall renseigne que le « Président de la République, Macky Sall n’est plus pas dans les dispositions de se séparer de ses deux ministres. Son sentiment du moment est que des remous et autres troubles occasionnant régulièrement des crises ne doivent être des motifs pour défénestrer des ministres de la République. Car cela pourrait constituer un précédent dangereux ».

 
Mais leur maintien n’est toutefois pas gratuit, précise la source à nos confrères. « En contrepartie de son soutien dans leur recherche de solutions aux difficultés qui assaillent le secteur, le Chef de l’Etat a enjoint les ministres concernés de tout mettre en œuvre, dans les négociations avec les partenaires et acteurs de leurs secteurs respectifs, pour trouver une réponse à toutes les doléances répertoriés dans les plates-formes revendicatives ».  « Le salut d’Abdoulaye Daouda Diallo et de Mary Teuw Niane se trouve dans le dénouement satisfaisant de la crise universitaire d’une part et du meurtre de l’étudiant Bassirou Faye ».

 
Pour l’heure, en sus des concertations avec les étudiants et tous les acteurs du milieu notamment le SAES, la Direction de la Surveillance du Territoire (DST) du ministère de l’Intérieur, a reçu l’ordre de débusquer les éventuelles causes cachées des perturbations récurrentes. Aussitôt, informe-t-on, les hommes des Sections opérationnelles communément appelés « Renseignements Généraux » (RG) agissent. 


Vendredi 5 Septembre 2014 - 12:14



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter