Mort Bassirou Faye : la police retient son souffle

L’étau se resserre sur la police. Deux éléments identifiés dans le cadre de la mort de l’étudiant mort dans les derniers affrontements entre forces de l’ordre et pensionnaires de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Le Procureur de la République n’attendrait que le rapport balistique en provenance de Lyon pour les poursuites.



Mort Bassirou Faye : la police retient son souffle
C’est la famille de l’étudiant Bassirou Faye qui sera contente. Elle qui dénonçait dernièrement la lenteur de l’enquête. Eh bien, la police retient son souffle. Deux (2) des éléments présents le 14 août dernier, jour du drame, ont été identifiés. En effet, toutes les pistes mènent vers les rangs des éléments d’Anna Sémou Faye, Directrice Générale de la Police Nationale (DGPN). Sur ça, les enquêtes de la Division des Investigations Criminelles (DIC) qui concordent avec des expertises balistiques n ciblent deux policiers dont l’un aurait utilisé la fameuse balle de 9 mm qui aurait terrassé feu Bassirou Faye. Ceci, après vérifications par ailleurs de plus 20 fusils susceptibles de contenir ce genre de munitions et qui étaient entre les mains des forces de l’ordre ce jour-là. « Lequotidien » de préciser que la grève d’Air France n’a pas du tout arrangé dans la mesure où ce sont après des jours d’attente que les autorités en charge de l’enquête, se sont résolues à emprunter un vol pour envoyer lesdites balles à Lyon pour l’expertise.


Dans tous les cas, le Procureur de la République a déjà signé les ordres de poursuites. Ce, en attendant de pouvoir les lancer. Serigne Bassirou Gueye n’attend que le dernier rapport du Cabinet de Lyon pour passer à l’action.
 
Affaire à suivre.


Mardi 7 Octobre 2014 - 11:01



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter