Mort Charles Paul Alphonse Ndour au Maroc: l’ONU interpellé

La Rencontre Africaine de Défense des Droits de l’Homme (RADDHO) ne semble pas contente de la gestion du dossier de la mort de Charles Paul Alphonse Ndour, migrant sénégalais tué ce 30 août à Tanger au Maroc. Ce, dans un accrochage entre habitants d’un quartier Boukhalef et des candidats à l’émigration clandestine», selon la Préfecture de Tanger. La RADDHO qui liste pas moins de trois (3) sénégalais qui ont perdu la vie en l’espace d’un an au Maroc, interpelle l’Organisation des Nations Unies pour une mission d’enquête. Aboubacry Mbodj et Cie mettent dans le lot l’Algérie et la Libye.



En effet, dans un communiqué l’organisation de défense des droits de l’homme, commence par s’incliner devant la mémoire de feu Charles Paul Alphonse Ndour et n profite pour présenter ses condoléances à sa famille. Ce, avant que la RADDHO ne fasse ce constat. A savoir qu’«en l’espace d’un an, trois (3) migrants Sénégalais ont perdu la vie au Maroc dont Moussa Seck mort lui-aussi à Tanger en octobre 2013, suite à une chute du quatrième étage d’un immeuble, dans des circonstances confuses. Et la mort par arme blanche d’Ismaïla Faye à Fès. C’était le 14 août 2013, au cours d’une rixe ».
 
 
 Ne supportant plus une telle situation, les droits de l’hommiste « exige de l’Etat du Sénégal,  l’ouverture d’une enquête judiciaire pour que les responsabilités soient situées et les auteurs de ces crimes identifiés et traduits en justice pour combattre l’impunité ». Aboubacry Mbodj et Cie demandent aussi au « Maroc de veiller au strict respect de ses engagements vis-à-vis des instruments juridiques internationaux auxquels il a souscrit, pour éviter que de tels événements se reproduisent ».
 
 
 L’organisation termine en lançant un appel à l’Organisation des Nations Unies (ONU) notamment au comité sur les migrants. La requête de la RADDHO, n’est autre que « l’envoi d’une mission d’enquête du Rapporteur spécial sur les crimes commis à l’égard des migrants subsahariens dans les pays d’accueil et de transit. Et aux côtés du royaume chérifien, les Sénégalais citent aussi la Libye et l’Algérie. 


Jeudi 4 Septembre 2014 - 13:14



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter