PRESSAFRIK.COM ,  L'info dans toute sa diversité



Mort d'Adama Traoré: que s'est-il vraiment passé le jour de son interpellation ?



Que s'est-il passé le 19 juillet à Beaumont-sur-Oise? Deux semaines après la mort d'Adama Traoré lors de son interpellation dans cette commune du nord du Val-d'Oise, de nombreuses questions restent en suspens. Les deux autopsies évoquent un syndrome d'asphyxie. Mais les causes de ce manque d'oxygène doivent toujours être établies.  

La famille est, elle, convaincue que le jeune homme a été victime d'une "bavure". Deux de ses avocats, Karim Achoui - contesté par une partie de la famille - et Yassine Bouzrou, ont annoncé ce mardi sur Francetvinfo et France Inter qu'ils ont porteront plainte pour violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Le point sur les derniers éléments de l'affaire. 

"Il a posé son vélo et est parti en courant"
Il est environ 17 heures ce mardi 19 juillet lorsque des gendarmes partent interpeller le frère d'Adama, Bagui Traoré, dans le cadre d'une enquête pour "extorsion de fonds avec violences". Le second reste "calme", indique Libération, qui a eu accès aux auditions des gendarmes. Adama, lui, prend la fuite.  

"Quand il a vu qu'on voulait l'interpeller, il a posé son vélo et est parti en courant", relate un gendarme selon une source proche de l'affaire à l'AFP. Il n'a pas ses papiers sur lui, précise Frédéric Zajac, l'avocat de la famille Traoré, à Francetvinfo, qui parle d'une "arrestation arbitraire". Deux gendarmes parviennent alors à le rattraper. Il est finalement maîtrisé et menotté. Mais le jeune homme s'enfuit une nouvelle fois. Un appel radio est passé pour le retrouver.  

La technique du plaquage ventral en cause
Les gendarmes se rendent à proximité du lieu de la première interpellation. Un homme leur explique qu'Adama Traoré se trouve dans son logement. C'est le cas. Trois gendarmes le maîtrisent. "Nous avons employé la force strictement nécessaire pour le maîtriser mais il a pris le poids de nos corps à tous les trois au moment de son interpellation", précise un gendarme, selon Libération. 

lexpress.fr

Mardi 2 Août 2016 - 19:04



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter