Mort d’Amadou Koumé : Un témoin accable la police française.

Un nouveau témoin charge la police française dans les circonstances qui ont conduit à la mort d’Amadou Koumé. En effet, ce nouveau témoin a livré une version toute autre que celle fournie par les forces de l’ordre, faisant état d’une interpellation brutale du ressortissant sénégalais.



Mort d’Amadou Koumé : Un témoin accable la police française.
«Il avait l’air davantage mal dans sa tête que dangereux pour les autres. Il semblait penser de manière décousue et ne s’adressait pas directement au vigile, comme s’il était agressé par une personne imaginaire», a déclaré un jeune homme témoin de l’arrestation brutale du Sénégalais, Amadou Koumé.
Selon lui, la police est arrivée vers les coups de 00 heures 15 minutes : «La tentative de le maitriser a duré assez longtemps. Amadou Koumé n’a pas donné de coups même s’il se débattait et essayait de les maintenir à distance », déclare-t-il, et c’est alors que ses collègues sont venus en renfort.

Mais, nous rapporte Libération qui a publié le procès-verbal du jeune témoin, c’est l’un des policiers qui s’est montré plus violents que ses collègues : «Il n’y a qu’un policier de la Bac qui est entré et a crié ‘’met-toi à terre enculé’’. Puis, il a placé son bras sous son menton et en le serrant contre son torse. Il ne résiste pas. Il s’est affaissé dans les bras du policier et a commencé à suffoquer. L’agent de la Bac l’a accompagné dans sa chute en continuant de l’étrangler».

Continuant son récit macabre, le jeune homme ajoute : «Le policier se trouvait sur lui avec un genou sur son dos, lui tenant toujours la tête dans le pli de son coude. Il donnait l’impression d’avoir peur de mourir, il émettait des cris d’agonie et d’étouffement».

Amadou Koumé est déclaré mort une heure après  que les policiers l’aient embarqué. Le médecin légiste a déclaré que son décès a été causé par «un œdème pulmonaire survenu dans un contexte d’asphyxie et de traumatismes facial et cervical».

Ousmane Demba Kane

Vendredi 11 Septembre 2015 - 08:54



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter