Mort de Nelson Mandela: après l'effervescence des cérémonies, l'heure du bilan

Mandela a été enterré. Depuis son décès le 5 décembre dernier, l'organisation des diverses cérémonies a été un vrai défi pour les autorités sud-africaines qui ont réuni autour de Nelson Mandela et de sa famille pléthore de personnalités du monde politique, de la culture, et de simples citoyens. Une mission globalement réussie - la famille de Mandela se dit satisfaite-, malgré la polémique sur le chahut dont a été victime le président sud-africain Jacob Zuma lors de la cérémonie au stade de Johannesburg.



Hommages et recueillement autour de la dépouille de Nelson Mandela mis en terre dimanche 15 décembre à Qunu, le village de ses ancêtres. AFP PHOTO / KENZO TRIBOUILLARD
Hommages et recueillement autour de la dépouille de Nelson Mandela mis en terre dimanche 15 décembre à Qunu, le village de ses ancêtres. AFP PHOTO / KENZO TRIBOUILLARD

Mandela a été mis en terre, les services de l’Etat et les contractuels embauchés pour les diverses cérémonies vont pouvoir goûter un repos bien mérité.
 

Certains seront peut-être sanctionnés à commencer par la personne qui a recruté Thamsanqa Jantjie : le faux interprète pour sourds et malentendants était un schizophrène qui avait des antécédents judiciaires or il s’est trouvé, des heures durant, à quelques pas de chefs d’Etat mardi au stade de Soweto. Il y a eu aussi un manque d’anticipation : pas assez de parkings pour la veillée funèbre à Pretoria, de la bousculade ou du chahut, le tout relevé et commenté par une presse sud-africaine à l’affût et puis la polémique lorsque le président Jacob Zuma a été hué à Soweto. Etait-ce le lieu ? Le débat a fait rage…

 

Jacob Zuma contesté
 

Jacob Zuma s’est posé en président de tous les Sud-africains lors de son hommage à Mandela dimanche, un président rassurant. « Mandela, alors que ta longue marche s’achève, la nôtre se poursuit », a dit jacob Zuma. Mais dans la phrase suivante il a ajouté : « Tu laisseras éternellement le souvenir d’un homme intègre, des valeurs que l’ANC chérit ».
 

Or, l’intégrité de Jacob Zuma est mise à mal. Les dépenses assumées par le contribuable, pour rénover son complexe résidentiel de Nkandla dans le KwaZulu-Natal, s’élèvent à 16 millions d’euros, ne cessent de défrayer la chronique.
 

Au pouvoir depuis 2009, Jacob Zuma a également promis de porter un coup fatal à la pauvreté, une promesse sans cesse renouvelée par le président du pays le plus inégalitaire au monde. L’ANC présidée par Zuma est-elle réellement disposée à redistribuer les richesses ? Rien n’est moins sûr.
 

A l’issue de la cérémonie d’adieu à Mandela, organisée par le parti au pouvoir à la base militaire de Waterkloof samedi, les membres de l’ANC, des cadres pour la plupart, se sont battus comme des chiffonniers lors de la distribution de tee-shirts ANC collector « Au revoir tata Madiba ». Un homme, costume bien ajusté, est parti avec quinze tee-shirts pour lui tout seul, avant de monter, comme nombre de ses camarades, dans un 4X4 de marque allemande.
 

La famille Mandela satisfaite
 

Il n’empêche que l’Afrique du Sud a relevé le défi : accueillir avec quatre jours de préavis près de cent chefs d’Etat et des milliers de personnes qui ont pu se recueillir devant la dépouille de Nelson Mandela. Elle a aussi bâti en moins de dix jours, au beau milieu d’une plaine de Qunu, un palais des congrès des plus somptueux et puis surtout la famille de Nelson Mandela est satisfaite. Bantu Holomisa, le président du parti UDM et ami de Madiba l’a dit hier, dimanche, au nom de la famille Mandela : malgré des incidents logistiques et des controverses mineures, nous sommes touchés par tous vos efforts et votre solidarité et nous vous en remercions.

Source : Rfi.fr
 


Dépêche

Lundi 16 Décembre 2013 - 09:50



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter