Mort de Pierre Bergé, mécène et ancien PDG d’Yves Saint Laurent

Président du conseil de surveillance du « Monde » et figure du milieu culturel français, celui qui a incarné la mode française aux côtés d’Yves Saint Laurent est mort vendredi à l’âge de 86 ans.



Mort de Pierre Bergé, mécène et ancien PDG d’Yves Saint Laurent
Mécène, homme d’affaires et d’engagements, Pierre Bergé est mort, vendredi 8 septembre, à l’âge de 86 ans, à Saint-Rémy-de-Provence (Bouches-du-Rhône). Figure du milieu culturel français, il a incarné la mode française aux côtés d’Yves Saint Laurent, dont il fut le mentor, et s’est fait connaître auprès du grand public par ses combats notamment en faveur des droits des homosexuels.

Né à Saint-Pierre-d’Oléron (Charente-Maritime) en 1930, il arrive à 18 ans à Paris et y rencontre par hasard Jacques Prévert, tombé accidentellement du balcon d’un immeuble. Il se lie alors d’amitié avec les grands noms de la scène littéraire et culturelle parisienne, de Cocteau à Aragon en passant par Camus. Nourri d’idéaux libertaires et pacifistes, il défend également le combat de Garry Davis pour une citoyenneté au-delà des frontières, à travers l’éphémère journal La Patrie mondiale, dont il est rédacteur en chef.
 
Mentor et compagnon de Bernard Buffet pendant huit ans, il accompagne le peintre dans sa carrière et côtoie pendant plusieurs années Jean Giono. En 1954, Pierre Bergé rencontre Yves Saint Laurent, successeur de Christian Dior. Cette rencontre changera à jamais la vie des deux hommes. Bergé aide Saint Laurent à monter sa propre maison de couture.

Fort du succès mondial de la maison Yves Saint Laurent, Pierre Bergé devient une figure du monde de la mode. Il est élu président de la Chambre syndicale des couturiers en 1974 et crée en 1986 l’Institut français de la mode. Il devait inaugurer en octobre le musée Yves Saint Laurent à Paris, avenue Marceau, ainsi qu’un lieu dédié à l’œuvre du couturier à Marrakech (Maroc).
 
Engagement politique

Homme d’affaires enrichi par les succès et la revente de la maison de couture, Pierre Bergé était avant tout un amoureux des arts. De 1977 à 1981, il dirige le théâtre de l’Athénée puis, de 1988 à 1993, préside l’Opéra de Paris, sous le regard amical du président Mitterrand. Il prend notamment la présidence du comité Mac Orlan qui gère les autorisations d’exploitation de l’œuvre de l’écrivain, celle du comité Cocteau, finance la restauration de la maison d’Emile Zola à Médan (Yvelines).

Nommé Grand Mécène des arts et de la culture en 2001, Pierre Bergé soutient des achats de tableaux au Louvre, la rénovation de deux salles à la National Gallery de Londres ou celle du Centre Pompidou à Paris.

Mais Pierre Bergé s’est aussi distingué par son engagement politique à gauche. Il rencontre en 1984 François Mitterrand, dont il admire le parcours et la personnalité. Il le soutient activement en 1988 et deviendra des années plus tard président des Amis de l’Institut François-Mitterrand. S’il soutient Jacques Chirac en 1995 à la présidentielle, il redeviendra actif aux côtés du Parti socialiste en militant pour Ségolène Royal, en 2007, et pour Bertrand Delanoë aux élections municipales parisiennes de 2001 et 2008. En 2017, il affiche son soutien à Emmanuel Macron.

Soutien de l’association Act Up

Le nom de Pierre Bergé restera également lié à son engagement contre le sida. Il crée en 1994 l’association Ensemble contre le sida, qui deviendra Sidaction, aux côtés de Line Renaud. Leur engagement en fera l’une des associations les plus actives en Europe dans la lutte contre la maladie.

Propriétaire pendant des années du magazine homosexuel Têtu, soutien de l’association Act Up, Pierre Bergé a consacré sa vie à lutter pour l’égalité des droits pour les homosexuels. Lors du débat sur le mariage pour tous, il fustige les manifestants de La Manif pour tous et affiche son soutien à la loi Taubira. Il a prolongé récemment ce combat en produisant le film de Robin Campillo, 120 battements par minute, qui décrit la lutte des militants d’Act Up, actuellement en salle. Il s’est également engagé très tôt aux côtés de SOS-Racisme.

Toute sa vie, Pierre Bergé a investi dans la presse et les médias. Fondateur de Courrier international et de Globe, actionnaire de Pink TV, il devient en 2010 l’un des actionnaires du Monde (aux côtés de Matthieu Pigasse et Xavier Niel), dont il assure la présidence du conseil de surveillance, puis de L’Obs en 2014.
 
 

Aminata Diouf

Vendredi 8 Septembre 2017 - 10:41



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter