Mort des trois sénégalaises: l’Etat « déchire » la thèse de l'asphyxie et soupçonne le meurtre



L'Etat rejette l’idée d’une mort par asphyxie des trois Sénégalaises décédées à Casablanca (Maroc). Le secrétaire d’Etat aux Sénégalais de l’extérieur, Souleymane Jules Diop, s’est empressé d’établir un certificat médical et de décréter que les deux sœurs, Sophie et Ndeye Aram Guèye et leur colocataire, Seynabou Ndoye, sont mortes par asphyxie.

Aujourd’hui une version proche de l’empoisonnement  fait gamberger en haut lieu. « Les dernières informations que nous avons, c'est que l'enquête avance à pas de géant parce que, à terme, les conditions dans lesquelles nos compatriotes sont mortes ont fini d'interpeller la conscience collective. Une simple fuite de gaz ne peut pas être à l'origine de cela. Les dernières infos dont nous disposons montrent que la police marocaine est en train de s'agiter dans tous les sens pour y voir plus clair.


Parce que ce n'est pas cohérent ce qu'on essaie de nous faire comprendre », a déclaré Sory Kaba, le directeur des Sénégalais de l'extérieur. Selon lui, « on ne peut pas y voit clair, s'il n'y a pas d'autopsie. On ne peut pas déroger à cette condition de transparence pour permettre à ces compatriotes et à leurs familles d'y voir beaucoup plus clair. C'est le prix à payer ». Il demande, de faire confiance au gouvernement marocain. « À chaque fois que des compatriotes sont dans cette situation-là, c'est le roi (Mouhamed VI) lui-même qui donne des directives pour que les choses aillent vite et de la manière la plus autoritaire possible ».


Vendredi 10 Avril 2015 - 10:21



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter