Mort du colonel Ndala : un réglement de compte au sein de l'armée congolaise?

La justice militaire poursuit son enquête sur l’assassinat du colonel Mamadou Ndala, inhumé lundi à Kinshasa. Selon la société civile du territoire de Beni, deux militaires ont été interpellés. Très rapidement, après sa mort jeudi matin, le gouvernement congolais avait parlé d'une attaque des ADF-NALU, les rebelles ougandais, qui sévissent dans ce territoire. Mais aujourd'hui, toutes les pistes sont ouvertes, dit officiellement l'armée congolaise. S'agit-il plutôt d'un réglement de comptes au sein des FARDC?



C'est l'un des gardes du corps du colonel Mamadou Ndala qui, selon plusieurs sources, dit avoir vu les assaillants et qu'ils portaient des uniformes des FARDC, Forces armées de la République démocratique du Congo. Plusieurs témoins identifiés par la société civile de Beni l'attestent également. La justice militaire, elle, a repris l'enquête à zéro. A commencer par la scène du crime.
 

Mais plusieurs jours après les faits, beaucoup d'observateurs craignent que les preuves aient été disséminées aux quatre vents, le véhicule lui-même aurait été déplacé. Quant aux deux militaires interpellés, selon la société civile de Beni, il s'agirait du lieutenant-colonel Tito Bizuru qui aurait cherché à fuir et d'un de ses gardes du corps dont le téléphone portable aurait été retrouvé sur les lieux.

 

Le porte-parole de l'armée au Nord-Kivu ne confirme pas ces arrestations, mais évoque de simples interrogatoires. Leur culpabilité n'est pas prouvée, explique le colonel Olivier Hamuli, ajoutant qu'il fallait attendre les résultats de l'enquête.
 

Le lieutenant-colonel Bizuru a été l'un des premiers à arriver sur les lieux. Ce qui explique peut-être pourquoi son escorte, qui ne faisait pas partie du convoi, a perdu son portable sur la scène de crime. Peut-être, dit une source sécuritaire congolaise. La société civile de Beni demande à ce que tous les commandants FARDC de son territoire soient relevés.
 

C'est vrai que certains officiers, y compris parmi ceux qui mènent l'enquête aujourd'hui, pourraient avoir des raisons d'éliminer le colonel Mamadou, confie cette source sécuritaire.



Source : Rfi.fr
 



Mardi 7 Janvier 2014 - 09:55



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter