Motion de censure contre le gouvernement : L’Assemblée rejette, Abdoul MBAYE accuse et se défoule sur les libéraux

Comme on s’y attendait la motion de censure a été rejetée ce mercredi en début de soirée par l’Assemblée nationale. Les débats ont été houleux et l’occasion a été saisie par le Premier ministre pour se défouler sur les auteurs de la motion.



Motion de censure contre le gouvernement : L’Assemblée rejette, Abdoul MBAYE accuse et se défoule sur les libéraux
Pour Abdoul MBAYE, « la motion de censure est dévoyée parce qu’instrumentalisée elle est loin de la défense des préoccupations des sénégalais ». C’est parce que pour M. MBAYE, « la motion de censure qui nous vaut d’être réunis aujourd’hui n’a qu’un seul but détourné l’attention des sénégalais de l’entreprise d’assainissement des finances publiques en cours, ils entendent d’alentir les efforts du gouvernement ». Il se veut comme argument, « le dépôt qui coïncide avec la phase de mise en œuvre des investigations pour recouvrer les biens mal acquis » et très rassuré par la majorité, il pense que « comme les louvoiements de certains cette motion connaîtra un échec ».

Très en verve et applaudi par les députés de la majorité, Abdoul MBAYE lance que « les auteurs sous-estiment la volonté du président et du gouvernement d’aller jusqu’au bout de la traque des biens mal acquis ». C’est peine perdu cette motion ne peut pas servir de paratonnerre ajoute-t-il à l’endroit des libéraux en les invitant à se justifier devant la Justice et non à chercher à l’accuser lui de recèle, de blanchiment.

« Je ne serai jamais du côté des pilleurs des deniers publics » dit-il en révélant qu’il a refusé de blanchir de l’argent pour des gens qui se reconnaîtront.

Sur l’affaire HABRE, il parle de contrevérités et revient sur des explications comme lors de son dernier point de presse, rappelant que la qualité du client que constituait HABRE expliquait l’intérêt particulier porté sur lui. Le Premier ministre dit assumer totalement ses actes.

M. Abdoul MBAYE d’inviter prochainement les parlementaires pour des débats qui mettent en avant l’action du gouvernement, ses forces et faiblesses, des débats dignes de l’hémicycle, du peuple, de notre démocratie.

A la fin de la réponse du Premier ministre et à l’issue du vote, le président NIASSE annonce le rejet de la motion. La loi autorisant l’annonce seulement des votes pour, seuls les auteurs de la motion l’ont votée.


Mercredi 26 Décembre 2012 - 21:11



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter