Moustapha Diakhaté " Macky Sall subit des pressions, s'il n'est pas entouré, il va abdiquer "



Moustapha Diakhaté " Macky Sall subit des pressions, s'il n'est pas entouré, il va abdiquer "
« J'ai eu la chance d'assister au procès d'Abdoulaye Wade, en 1988 ; à l'affaire Mr Seye , à l'affaire Idrissa Seck...C'étaient des procès très polémiques, nous sommes écoutés par le monde. Aujourd'hui, le Sénégal donne l'exemple pour éradiquer des pratiques de corruption des deniers publics, d'enrichissement illicite », affirme le Moustapha Diakhaté, président du groupe parlementaire de la majorité, Benno Bokk Yaakaar (BBY). 


« En ce qui concerne, le dossier Karim Wade, on ne peut pas parler de procès politique. Donc, l'attitude des avocats de Karim est une stratégie pour sauver leur client. Politiser ce procès peut décrédibiliser notre justice. En effet, le principal cahier de charge de la nouvelle alternance, c'est d'améliorer les conditions de vie des populations, d’engager de réformes institutionnelles», soutient par ailleurs le responsable de l'Alliance Pour la République (APR) qui, poursuivant son analyse, pense que le président Macky Sall, subit des pressions de la part des lobbies.  «C'est pourquoi, nous devons servir de bouclier afin de combattre avec fermeté ces pratiques », renseigne-t-il avant de poursuivre que «si Macky Sall n'est pas bien entouré, il va abdiquer comme l'a fait Abdou Diouf».


Néanmoins, le député de l'Apr est revenu sur le livre du professeur Malick Ndiaye et affirme avoir facilité lui-même une rencontre avec le président. Il s'interroge sur la démarche du professeur quand il accuse le régime actuel de mal gouvernance. Selon lui, ceci peut amener des frustrations dans l'espace présidentiel. Ce qui gêne Moustapha Diakhaté ce sont les accusations du professeur Malick Ndiaye quand il reproche au président de faire du favoritisme sur dans ses nominations, en faveur des halpulars. « C'est scandaleux » dit-il. Dans la même foulée, il ajoute que l'Assemblée Nationale reste un vassal du pouvoir exécutif, elle a des missions de vote des lois, de représentation du peuple sénégalais, de contrôle de l'action du gouvernement, rares sont les commissions d'enquête qui aboutissent à des rapports qui ont donné des résultats. Dans la 12ème législature, aucune initiative allant dans le sens d'exercer notre mission de contrôle n'a abouti et que la responsabilité est globale.


Pour lui, leur législature doit rompre avec cette mentalité où les députés pensent qu'en contrôlant l'action gouvernementale, cela peut déboucher sur une tension entre le législatif et l'exécutif. Dès lors, la constitution n'empêche pas la création d'une commission, encore moins de demander une audition. Il affirme que la recevabilité d'une proposition de loi ne doit pas relever du président de la République, le Sénégal dispose d'un conseil, si un député introduit une loi, c'est au conseil de se charger du rejet ou non de celle-ci, mais, non l'exécutif. Il a également soulevé le débat sur la question du mandat du président. Selon lui, le président s'est engagé à reformer la constitution en deux directions principalement : la réduction de son mandat de 7 à 5 ans, ensuite la limitation du nombre de mandats à deux. « Faire 18 ou 20 ans au pouvoir est révolu. Deux mandats de 5 ans semblent largement suffisants », atteste-t-il.

Pape Moussa Ba

Mardi 12 Août 2014 - 14:46




1.Posté par Nominations le 12/08/2014 21:24
Sauvons nos universités publiques du naufrage.
(leral.net 9 oct. 2012 de Citoyen)

Malgré les moyens substantiels mis à la disposition de l’enseignement supérieur de notre pays, les résultats sont qualitativement et quantitativement loin des normes de l’UNESCO. Nos institutions d’enseignement supérieur ont surtout un problème de management (mal gouvernance, corruption, népotisme, dépenses de prestige, gestion solitaire en lieu et place de la gestion démocratique et légale, non respect des lois et des règlements, etc.) avec la complicité active ou passive de la communauté universitaire (avantages indus, intimidations, etc.), des autorités étatiques qui, jusqu’à présent, feignent de ne rien savoir (n’ont-elles pas les moyens de savoir ce qui se passe ?) pour éviter la confrontation avec ceux (les amis politiques !) qui sont nommés à la tête de ses structures et qui agissent parfois comme des monarques en gérant la chose publique à leur guise.
Face à la démission de l’État, nos universités croulent sous le poids de dettes dues aux créanciers (banques, hôpitaux, Sonatel, Senelec, SDE, fournisseurs divers) et chaque corporation s’évertue à demander toujours plus pour « améliorer ses conditions d’existence » et parfois au détriment des intérêts de la communauté. Ainsi donc, la crise est donc une conséquence logique de l’inaction de l’État.
En effet quand les dirigeants (nommés par les autorités) gèrent la chose publique en dehors des normes établies sans être inquiétés le moindre du monde (pour ne pas dire promus à des stations plus juteuses), les syndicats demanderont des chosent hors normes et c’est le début du CHAOS.
A l’État de faire l’état de la gestion de ceux qu’il a nommé, punir ceux qui se sont montrés indélicats et récompenser les autres, ensuite il serait facile de demander aux syndicalistes de faire preuve de mesure et enfin sévir dans le respect de la loi si de besoin. Il est temps de restaurer l’État de droit (et donc des devoirs) ; il est indispensable, avant toute promotion, d’étudier sérieusement la gestion présente et passée du pressenti.
L’État ne peut continuer à protéger et promouvoir ceux qui mettent à genoux nos institutions d’enseignement supérieur et jeter en pâture les syndicats. Je pense que les responsabilités sont partagées.
Des assises de l’Éducation avec ceux qui bloquent le système pour des raisons personnelles ou émotives ne serviraient à rien, je proposent des assises des anciens (Recteurs, Professeurs ou hauts cadres à la retraites) du système pour faire des propositions objectives. Il est souvent difficile d’être juge et parti.
Il n’est jamais trop trad pour bien faire un devoir citoyen.
-----
Universités entre violence et impunité
21 décembre 2013 – 1 h 50 min
La loi ne devrait-elle pas s’imposer à tous ? aux autorités ? aux étudiants ? aux enseignants ?
Les formes de cette violence sont nombreuses notamment celles qui sont plus sournoises, plus pernicieuses et plus dévastatrices qui engendrent cette forme visible nommée tout simplement violence.
Que Dieu sauve le Sénégal.

LE RAPPORT D’AUDIT QUI MET À NU LA GESTION DE MARY TEUW NIANE
(rapport commandité conjointement par les ministères de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et de l’Économie et des Finances, sur financement de la Banque mondiale)
sur ndarinfo
UGB-de-Saint-Louis-Le-rapport-d-audit-qui-met-a-nu-la-gestion-de-Mary-Teuw-Niane
__________

«LA JUSTICE DOIT FAIRE LA LUMIERE SUR L’ARGENT INJECTE DANS L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR»
BIRAHIM SECK DU FORUM CIVIL
sur seneplus
la-justice-doit-faire-la-lumiere-sur-l%E2%80%99argent-injecte-dans-l%E2%80%99enseignement-superieur, Publication 16/09/2013
Actuellement, la polémique fait rage entre le Saes et ministère de l’Enseignement Supérieur sur l’utilisation des milliards injectés dans l’enseignement privé pour l’orientation des bacheliers. Qu’est ce que cela vous inspire ?
Le Saes a tout à fait raison de demander des comptes au gouvernement sur l’argent injecté dans l’enseignement supérieur pour la prise en charge des bacheliers orientés dans les universités privées. Les dirigeant du Saes n’ont usé que des dispositions des articles 14 et 15 de la Déclaration des droits de l’Homme et des peuples qui fait partie intégrante du préambule de notre constitution qui prône la bonne gouvernance et la transparence. Il ne devrait y avoir même pas de polémique. Les autorités devraient même rendre compte avant que le Saes ne le demande. Les étudiants également doivent demander des comptes parce que les services sont pour eux. De plus, mon étonnement est plus grand sur le silence affiché par le gouvernement par rapport aux différents audits publiés sur l’enseignement supérieur qui intéressent les autorités de l’enseignement supérieur et au plus haut niveau. C’est grave et inquiétant au moment où nous dit que l’Etat veut injecter 302 milliards dans le domaine de l’enseignement supérieur.
La justice traque des citoyens sénégalais et quand on produit des audits qui intéressent les membres du gouvernement ou des administrateurs, l’Etat ferme les yeux. Ce sont ces pratiques que les Sénégalais ont combattues. La justice sénégalaise doit également faire la lumière sur l’argent injecté dans l’enseignement supérieur. Les rapports d’audit sont là.
Cependant la Banque mondiale est également interpellée car il ne sera logique ni acceptable que de l’argent soit à nouveau injecté sans que la vérité ne soit connu sur les faits invoqués dans ces rapports d’audit sur l’enseignement supérieur. Le Saes est bien dans son rôle et il appartient à l’Etat d’éclairer les Sénégalais si on veut avoir un enseignement supérieur de qualité dans un espace de sérénité et de lumière.
_________
«MARY TEUW NIANE MENE LE PRESIDENT DROIT AU MUR»
SEYDI ABABACAR NDIAYE, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DU SAES
Oumar KANDE | Publication 23/08/2013
sur seneplus «mary-teuw-niane-mene-le-president-droit-au-mur »
« Seydi Ababacar Ndiaye, continuant son interpellation, demande quelle suite sera donnée à l’audit des universités où il a été noté une mauvaise gestion généralisée, «y compris la gestion du ministre actuel quand il était recteur de l’Ugb».
«Est-ce qu’on peut continuer à faire confiance à des dirigeants qui ont été épinglés par différents rapports ? IL Y A AUSSI UN AUTRE DOCUMENT COMMANDITÉ PAR L’ACTUEL RECTEUR DE L’UGB AU NIVEAU DE LA DÉLÉGATION POUR LA RÉFORME DE L’ETAT ET DE L’ASSISTANAT TECHNIQUE (DREAT), QUI ÉPINGLE LE MÊME MINISTRE.
Ce document à montré que l’actuel ministre de l’Enseignement supérieur, quand il était recteur à l’Ugb, son jeu favori c’était de créer des postes de responsabilité, de direction. Il en avait créé dix-neuf dans une petite université comme l’Ugb et il y avait des conséquences sur la masse salariale car tous ces directeurs avaient l’équivalent d’un million d’indemnité. Ces manquements devraient édifier qu’il faut faire les bonnes enquêtes et prendre les individus qu’il faut pour les missions importantes. Quelqu’un qui dirige une simple université et qui a ces types de comportement, on lui confie le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Il y a lieu de se poser des questions», a dit Seydi Ababacar Ndiaye. »

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter