Moustapha Diakhaté: «Nous ne pouvons pas accepter qu’une structure qui dépend du Premier ministre puisse nous contrôler»




Le président du groupe parlementaire de la majorité, Benno Bokk Yaakaar (BBY) parle en marge de l’atelier de deux (2) jours ouvert ce mardi à Saly (Mbour). Ce, pour dire que « les députés ne peuvent pas accepter que l'Autorité de Régulation des Marchés Publics (ARMP) exerce un contrôle sur l'Assemblée nationale, avertit Moustapha Diakhaté. Selon lui, « l’ARMP dépend de la Primature et nous sommes, quand même, dans le cadre de la séparation des pouvoirs. Nous ne pouvons pas accepter qu’une structure qui dépend du Premier ministre puisse contrôler l’Assemblée nationale. Toutefois, indique le responsable de l’Alliance Pour la république (APR), la représentation nationale doit toutefois, «se doter des instruments qui lui permettent de s’appliquer le code des marchés publics qui est une loi qui doit s’appliquer à tout le monde. Nous devons, donc, en notre sein, avoir des mécanismes de contrôle. D’ailleurs, à ce niveau, il existe déjà la commission de contrôle dont nous devons renforcer les capacités ».
 

L’atelier portant sur la Stratégie Nationale de Bonne Gouvernance (SNBG) et la Gestion Axée sur les Résultats (GAR), à l’initiative du ministère de la Promotion de la bonne gouvernance et des Relations avec les Institutions et au sortir duquel, il sera mis en place un cadre de coopération entre le ministère de la Promotion de la bonne gouvernance et des Relations avec les Institutions et le groupe parlementaire BBY. L'objectif, précise l’APS est de permettre aux députés d'être suffisamment capacités afin de pouvoir faire correctement leur travail et de contribuer à l’amélioration de la gouvernance au Sénégal. Pour Abdou Latif Coulibaly, le travail de contrôle parlementaire « ne peut se faire que dans le cadre d'une collaboration entre l'exécutif et le parlement ». 


Mardi 20 Mai 2014 - 18:04



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter