Moustapha Diakhaté sur la marche du PDS, «c’est maintenant qu’ils se rendent compte que la vie coûte chère»

Réagissant par rapport à la marche des libéraux cet après-midi, le président du groupe parlementaire de la majorité et député de l’Alliance pour la République (APR), Moustapha Diakhaté n’a pas été tendre. «C’est cynique et ridicule» et «c’est maintenant qu’ils se rendent compte que la vie est chère», a-t-il servi au PDS.



Moustapha Diakhaté sur la marche du PDS, «c’est maintenant qu’ils se rendent compte que la vie coûte chère»


Le régime sortant est bien décidé à déroulé son plan d’action consistant en une marche, cet après-midi pour riposter contre la détention de Karim et la vie chère au Sénégal. Des arguments que le président du groupe parlementaire de la majorité et responsable de l’APR, Moustapha Diakhaté juge «ridicules, cyniques et inadmissibles avant de rappeler aux libéraux des malheureux évènements pré-électorales.

«Ce sont des arguments ridicules et cyniques. C’est ridicule de brandir une marche pour demander la libération de Karim Wade. C’est inadmissible. Je veux rappeler au PDS que durant la période pré-électorale, 12 sénégalais ont été tués par Abdoulaye Wade et son régime. Il faut laisser la justice faire son travail. Ils ont géré ce pays pendant 12 ans avec une gouvernance de népotisme, concussion, de blanchiment des deniers publics. Les Sénégalais exigent la lumière sur cette gestion et demandent leur cœur gros que l’argent soit rendu par tous ce qui ont détourné des fonds».

L’Etat bien décidé à aller jusqu’au bout de la traque des biens mal acquis, le responsable de la coalition Benno Bokk Yaakaar, (BBY) prévient que «ce ne sont pas ces agitations ridicules qui vont nous empêcher de continuer ce dossier ».
«C’est maintenant qu’ils se rendent comptent que la vie coûte chère. Pourquoi n’ont-ils pas réagi quand Baïla Wane, Ndongo Diaw ont été arrêté», enfonce-t-il le clou avant de lancer un appel au calme.

«Ecoutez, j’en appelle aux militants du PDS, aux vrais, ce combat là, n’est pas le leur. Quand Karim Wade et les autres détournaient les deniers publics, ils ne les ont pas partagés avec eux. Il faut qu’ils refusent de servir de chair à canon, de bouclier à ces gens», a martelé Moustapha Diakhaté qui conclut, « nous nous inscrivons dans la perspective d’une gouvernance irréprochable et rien ni personne ne nous fera dévier de ce chemin là», sur les ondes de la RFM.


Mardi 23 Avril 2013 - 15:27



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter