Moustapha Fall "Ché" à Wade: "Qu'il arrête ou je balance"



Moustapha Fall "Ché" à Wade: "Qu'il arrête ou je balance"
 «Qu’il (Abdoulaye Wade) arrête ses attaques perfides de bas étage contre le Président Macky Sall ou je me réserverais le droit de divulguer des secrets sur lui dont je suis détenteur. Relativement à des évènements qui se sont produits à Niary Tally et à Tilène», a averti le Président du Conseil d’Administration (PCA) de la Sn-Hlm, lors d’un point de presse tenue dans sa résidence de la capitale du Saloum.  «Je n’ai pas besoin d’en dire davantage. Wade sait mieux que moi de quoi il s’agit. Je suis prêt à organiser un point de presse pour éclairer les Sénégalais sur la véritable nature de cet homme», a renchéri Secrétaire général d’Actions Patriotiques de Libération (APL).


Refusant des précisions sur les deux affaires évoquées, il a donné rendez-vous à la presse locale à l’éventuel point de presse qu’il pourrait convoquer dans les prochains jours surtout qu’il croit identifier les motivations réelles des agissements de Wade. «Tous nos compatriotes sont, aujourd’hui, édifiés sur ce qui a poussé Wade à disjoncter, à savoir la défense jusqu’à l’absurde de son fils. Il faut qu’il sache que le temps de la justice n’est pas celui d’un politicien amnésique et revanchard», a ajouté ce dernier.

 
Moustapha Fall « Ché » repris par « Libération » est loin d’en avoir  fini. Car apporte-t-il la réplique à Me Doudou Ndoye, ancien ministre de la Justice: «Affirmer que la CREI (Cour de Répression de l’Enrichissement Illicite) a été abrogée par lui depuis 1984 prêterait à sourire. Si une telle incongruité ne venait pas d’une personne qui a eu à occuper d’importantes fonctions dans le système judiciaire de notre pays, mais décidément le conseil de Karim Wade se trompe de prétoire car, aujourd’hui il nous a habitué à plaider dans le vide. Peut-être ne sait t’il pas que la réforme dont il a été l’initiateur n’est plus de mise».


Mercredi 4 Mars 2015 - 11:27



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter