Moustapha Niasse : «Il peut y avoir confluences entre libéralisme et socialisme»

Moustapha Niasse a procédé à la clôture de la 10e Conférence annuelle de l’Alliance des libéraux et démocrates pour l’Europe, le Pacifique, l’Afrique et les Caraïbes (Aldepac). L’occasion a été saisie par le président de l’Assemblée nationale du Sénégal, d’appeler à une jonction entre le libéralisme et le socialisme, dont il est un pur produit.



Moustapha Niasse : «Il peut y avoir confluences entre libéralisme et socialisme»
Moustapha Niasse a tenu en haleine, les libéraux venus assister à la cérémonie de clôture de la 10e Conférence annuelle de l’Alliance des libéraux et démocrates pour l’Europe, le Pacifique, l’Afrique et les Caraïbes (Aldepac). En effet, socialiste jusqu’au bout des ongles, le Secrétaire général de l’Alliance des forces de progrès (Afp) n’a pas cependant appeler à une évolution de ces deux idéologies qui débuter sur leur rapprochement.

«Après l’ouverture par le président de la République Macky Sall, un libéral, me voici parmi vous pour clôturer la 10e conférence de l’Aldepac, un socialiste qui préside une rencontre de libéraux, c’est une singularité», a-t-il déclaré à l’entame de ses propos. Et M Niasse de poursuivre : «Le socialisme se fonde sur deux piliers : la liberté et l’innovation pour aller vers un objectif qui s’appelle le progrès. Le libéralisme aussi se fonde sur feux piliers : l’économie de marché qui libère les prix, récompense l’effort d’innovation et d’invention et d’homme, c’est-à-dire e progrès. Donc, il y a des confluences qui peuvent se produire entre le socialisme, non pas scientifique, parce qu’il n’existe pratiquement plus, mais moderne, qui la pratique de la liberté et de la démocratie, et le libéralisme», a-t-il servi, rappelant ainsi, la nécessité d’un rapprochement entre Libéralisme et Socialisme.

Cette 10e  Conférence qui avait pour thème « La gouvernance des ressources naturelles de l’Afrique : une approche libérale», a permis à la deuxième personnalité de l’Etat du Sénégal de revenir sur la gestion des ressources naturelles du sous-sol africain : «Il a été démontré que l’Afrique a la majorité des ressources du sous-sol et du sol et elle reste pauvre. C’est parce que pendant des siècles, les ressources africaines du sous-sol et du sol ont été explorées, extraites, et exploitées au profit d’autres continents», soutient-il.

Et M Niasse de conclure en appelant à un changement de cap pour permettre le développement de l’Afrique par les africains : «Il est temps maintenant que ces ressources soient sorties et transformées sur le continent africain pour s’ouvrir vers les autres. On ne peut pas faire de développement autarcique. Il y a une réalité qui ne fane jamais. Lorsqu’un terroir possède des ressources, elles doivent être utilisées dans ces terroirs avec les autres au profit de tout le monde»

Ousmane Demba Kane

Lundi 19 Octobre 2015 - 15:47



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter