Moustapha Niasse «fier de servir l’Etat, la République et le peuple»

Le Président de l’Assemblée nationale a exprimé toute sa fierté quant à l’acte posé par le gouvernement. Acte qui consiste à déférer à l’injonction faite par le Président à son Premier ministre et à l’ensemble du Gouvernement de faire face aux députés au moins une par mois.



Moustapha Niasse «fier de servir l’Etat, la République et le peuple»
 «Nous devons être fiers, aujourd’hui, de poser un acte qui contribue à la volonté de servir l’Etat, la République et le peuple». C’est Moustapha Niasse qui a tenu ces propos. C’était lors de son discours de bienvenue à l’occasion du passage du Gouvernement à l’Assemblée nationale. Moustapha Niasse est revenu sur le caractère particulier de ce face-à-face entre députés et ministres. «Pour la première fois dans l’histoire du fonctionnement  des institutions de la République, depuis notre succession à la souveraineté internationale, en 1960, voilà que l’Assemblée nationale, le Premier ministre et les membres du Gouvernement se retrouvent, dans le cadre d’une séance plénière consacrée à cette pratique originale, une séance de questions-réponses pendant deux heures de temps, pour lancer et inaugurer un dialogue à un niveau très élevé et retransmis en direct, associant ainsi à l’évènement, les populations de notre pays et les étrangers qui vivent parmi nous».



Moustapha Niasse n’a pas manqué de saluer la vision du Président de la République, qui s’est servi de son expression à la tête de l’’hémicycle (seize mois), lui a servi pour développer une vision claire pour l’Assemblée nationale. Le Président de la XVII législature a affirmé que c’est «cette logique qui facilite souvent, et il faut s’en féliciter, les rapports de coopération confiantes qui marquent, dans le contexte présent, les relations qui existent entre les Pouvoirs législatifs et exécutif, dans la plénitude du respect du principe sacré de séparation des pouvoirs, principe qui n’exclut nullement que les institutions de la République marchent au rythme et au diapason de ce «ressenti» planétaire qui se définit par et se décline à l’infini de la raison humaine de la volonté de partager les exigences de paix, de sécurité, et de développement pour tous».


Moustapha Niasse a terminé son discours en remerciant Macky Sall, le Gouvernement et les députés «d’avoir conçu ce projet et d’en avoir fait  une réalité tangible, qui confère un tonus nouveau et un contenu mobilisateur à ce dialogue que nous voulons direct, franc et utile, dans la gestion concertée des nombreux défis qui interpellent  le Sénégal et les Sénégalais, au début du 21ème siècle».

Ousmane Demba Kane

Vendredi 13 Mars 2015 - 16:29



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter