Mutisme de Macky Sall envers ses adversaires : « il n’est pas donné à n’importe qui de répondre à Idy », selon l’expert en Marketing politique, Alcaly Ben Mohamed Diouf

« Je n’apporte la réplique à personne », avait déclaré le chef de l’Etat, Macky Sall à l’occasion de la cérémonie de lancement du Mouvement «Horizon 2020 ak Yokkute», après s'être longtemps emmuré dans un silence malgré les attaques de ses détracteurs dont le plus coriace reste Idrissa Seck. Hauteur d’un homme d’Etat ou politicien à court d’arguments ? PressAfrik est allé chercher la réponse chez le spécialiste de la communication politique, Alcaly Ben Mohamed Diouf. Le professeur expert en marketing et communication politique qui s’est par ailleurs occupé de la communication du président Alpha Condé lors de la dernière présidentielle guinéenne a passé en revue toute l’actualité politique sénégalaise. Le silence du président de la République, l’avenir du « Yoonu Yokkute », la « durée de vie » de Benno Bokk Yaakaar (BBY)…Entretien



Mutisme de Macky Sall envers ses adversaires : « il n’est pas donné à n’importe qui de répondre à Idy », selon l’expert en Marketing politique, Alcaly Ben Mohamed Diouf

 Le mutisme ou le mépris de Macky Sall malgré les missiles répétés d’Idrissa Seck ?

Qui ne dit rien consent, si son arsenal n’est point doté d’anti-missiles de communication High Tech proactive ou rétroactive. J’avoue qu’il n’est pas donné à n’importe qui de répondre à Idy vu que ce qu’il dit est documenté et s’avère exact dans le temps. Pourtant à mon humble avis, ce n’est pas un visionnaire, mais plutôt l’anti besogneux qui sait dérouler ses sujets dans la langue de Molière et/ou dans celle de Kocc Barma ‘‘and that make sense to smart people’’.
 
Politiquement Idy a-t-il intérêt à ce que Macky réussisse son premier mandat ?


Je serai tenté de dire oui s’il s’agit du Idy plein de compassion spirituelle. Mais étant donné qu’il n’est pas un enfant de cœur, ni un mendiant et puisque nous sommes en politique, je répondrai non car ‘‘charité honorable commence par soi-même’’. D’autant plus qu’il sera aidé en cela par les ingrédients du cocktail socio-économique défavorable, les scandales à venir, l’overdose de rumeurs fondés ou non et le manque d’ingéniosité et de chance de l’équipe en place qui fera peut être son œuvre destructrice au sein d’une formation présidentielle sans âme car multi idéologique.

Après un peu plus d’un an de magistère, bon nombre de sénégalais restent sur leur faim. Le « Yoonu Yokkute » pourra-t-il porter ses fruits ? Si oui, combien de temps lui faudra-t-il ?

Parfait ! Si vous posez la question par sondage au peuple sénégalais, ils vous répondront qu’ils ne connaissent que le contenant qui devient de facto un Slogan de campagne électorale, car sans arbre il ne pourra y avoir de fruits à cueillir. En l’occurrence pour « Yokk » il faut des « Yoon » et les sénégalais ont déjà compris que le mauvais « Yoon » a déjà été emprunté, créant toutes ces rumeurs tenaces aux senteurs de futurs scandales quinquennaux avec un parfum de défaite finale si je ne me trompe.

 En prélude des Locales de 2014, quelle voie à adopter pour Benno Bokk Yaakaar (BBY) ? Coalition ou dispersion ?

Excellente question Mamadou et je me fais un plaisir d’y répondre. Vu que 2014 sera un rendez-vous dans l’agenda de tous ces présidents de l’attelage BBY, il y aura deux possibilités. D’abord, parce que la coalition  a une durée de vie, elle n’atteindra jamais la « puberté » avec un divorce précoce à la clé. Par conséquent, qu’elle survive jusqu’après 2014 sera un bonus pour la pseudo majorité APR présidentielle. Ensuite la dispersion est la voie qui arrangerait individuellement tous les autres combattants et partis qui composent ce ‘‘Machin BBY’’ contre nature, sauf Macky & Co.

Les chances de Macky Sall pour la prochaine présidentielle par rapport à l’évolution sociopolitique du pays ?

Si les inverseurs de poussée de rumeurs et de travers ne sont pas déclenchés, il risque d’avoir peu de chances. Quelle qu’en soit l’évolution négative ou positive, il peut se prendre une gamelle populaire lors du rendez-vous car 2017 c’est demain et tomorow c’est déjà aujourd’hui. D’un côté parce que la demande sociale aura eu le temps d’user son Yoonu yokkute vu que les programmes sont toujours périmés car jamais adaptés. Et de l’autre côté parce qu’il aura en face de lui une redoutable et redoutée double opposition, en l’occurrence celle du peuple et celle des autres partis. Nonobstant cet aspect, il lui restera une seule cartouche s’il arrive à régler définitivement le problème de la guérilla du maquis Casamançais comme Obama a eu non sans difficultés son second mandat grâce à la Baraka des Seals qui ont éliminé physiquement Ben Laden.
 


Mercredi 1 Mai 2013 - 15:26




1.Posté par cheikh diack le 01/05/2013 20:57
belle analyse, tres pertinent l'avis de l'expert.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter