Nicholas Kay, représentant spécial de l'ONU: «En Somalie, la situation sécuritaire reste précaire»

Les Nations unies ont à nouveau une représentation en Somalie, à Mogadiscio depuis juin 2013. L'ONU n'était plus représentée dans ce pays depuis quinze ans. Baptisée United nations assistance mission in Somalia (UNSOM), cette représentation a pour objectif d’appuyer les forces armées de l’Union africaine sur place, mais également de soutenir les institutions politiques du pays. Une mission difficile alors que les tensions déchirent déjà le premier gouvernement somalien élu depuis 22 ans. Nicholas Kay est le représentant spécial des Nations unies pour la Somalie.



Un soldat sierra-leonais, membre des forces de l'Amisom, devant le siège de l'armée somalienne à Kismayo, le 21 septembre 2013. REUTERS/AU UN IST PHOTO/Tobin Jones/Handout via REUTERS
Un soldat sierra-leonais, membre des forces de l'Amisom, devant le siège de l'armée somalienne à Kismayo, le 21 septembre 2013. REUTERS/AU UN IST PHOTO/Tobin Jones/Handout via REUTERS

Où en est la situation sécuritaire en Somalie ?
 

Nicholas Kay : La situation sécuritaire reste précaire, c’est franchement un endroit difficile pour la communauté internationale et aussi difficile pour le gouvernement somalien. Mais on peut travailler ici, sur le terrain, et l’amélioration c’est aussi notre œuvre. Il y a deux ans, c’était vraiment impossible de bouger dans la ville de Mogadiscio parce que tout était contrôlé par les shebabs. Maintenant ils continuent de jouer un rôle important, difficile, dans le pays, mais ils n’ont pas le contrôle dans les villes principales.
 

L'Amisom (Union africaine en Somalie) dit qu’elle est assez proche d’arriver à vaincre les shebabs et en même temps, elle se plaint beaucoup de ne pas avoir assez de moyens. Elle devrait notamment avoir douze hélicoptères, elle devrait avoir aussi 4 000 hommes supplémentaires. Elle en a l'autorisation des Nations unies, mais concrètement ça n’arrive pas. Pourquoi ?
 

Je suis très heureux, très content du fait que le Conseil de sécurité se soit mis d’accord sur l’augmentation de la mission. Depuis mon arrivée j’ai été convaincu que c’était nécessaire parce que c’est un grand pays. On ne peut pas combattre les shebabs partout sans les moyens en effectifs, mais surtout des hélicoptères. Donc maintenant, nous avons le mandat et la résolution des Nations unies. Nous sommes en train de travailler avec l’Union africaine pour trouver les troupes additionnelles. Et je suis convaincu – très optimiste – que nous aurons les effectifs dans un très bref délai et peut-être au mois de janvier. On ne sait jamais exactement mais il y a vraiment une volonté forte des troupes contribuant de donner plus d’effectifs pour commencer ce travail important de lutte contre les rebelles shebabs.
 

L’Unsom  a aussi pour mission de soutenir les institutions somaliennes. C’est la première fois depuis une vingtaine d’années qu’on a un gouvernement somalien reconnu internationalement, un gouvernement légitime, mais il y a déjà beaucoup de dissensions. Notamment en ce moment, il y a des tensions entre le Premier ministre et le président. Est-ce que cela vous inquiète ?
 

D’un côté oui et d’un autre non. C’est assez normal dans les systèmes politiques, les Parlements. Partout, même en France, il y a des discussions entre les gens au pouvoir, c’est assez normal. Du point de vue positif, on voit maintenant les institutions du pays, le Parlement qui vont résoudre ce problème selon les règles du jeu, donc c’est assez positif. Mais je suis un peu préoccupé parce que ça nous cause quelques blocages. Il n’y a rien qui bouge, le gouvernement est focalisé sur cette question là et ils ont beaucoup à faire, donc j’encourage le président, le Premier ministre et tout le monde, à résoudre ce problème dans un très, très bref délai.
 

Des élections sont prévues en 2016 dans tout le pays. Est-ce que ça vous semble faisable ?
 

C’est un objectif vraiment stratégique, vraiment important, ambitieux mais en même temps faisable. Mais il faut y arriver step by step (« étape par étape »). Il faut commencer avec la formation des Etats membres de l’Etat fédéral, donc c’est la construction d’un nouveau modèle de l’Etat.
 

Comment, exactement, allez-vous définir cette répartition fédérale ?
 

C’est aux Somaliens et aux institutions somaliennes de le définir. L'ONU et les partenaires internationaux sont ici pour les appuyer et les aider, mais c’est une question purement somalienne. Mais nous encourageons et nous avons soutenu le processus à Addis-Abeba au mois d’août, où ils se sont mis d’accord sur la formation de trois régions qui pourraient former un Etat fédéral dans l’avenir et je crois qu’il y a d’autres processus qui sont en cours  dans les régions centrales notamment. Donc nous soutenons politiquement et concrètement aussi, les processus.
 

Est-ce que la question du Somaliland pourrait venir perturber ces élections ou poser problème ?
 

La situation au Somaliland reste un peu difficile. C’est vrai que les gens du Somaliland se considèrent comme une nation indépendante, mais il n’y a pas un seul pays dans le monde, même sur le continent africain, qui le reconnaît. Donc nous soutenons le dialogue entre le Somaliland et Mogadiscio, il y a un processus qui est géré, facilité par le gouvernement turc et nous souhaitons vraiment le succès de ce processus.

Source : Rfi.fr
 


Dépêche

Lundi 2 Décembre 2013 - 17:19



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter