Niger : La police interpelle le chef de l'opposition

Seyni Oumarou, président du MNSD, est accusé d'avoir discrédité la Cour Constitutionnelle à travers la publication d'un livre et a été brièvement interpellé par la police judiciaire.



Seyni Oumarou, chef de l'opposition nigérienne
Seyni Oumarou, chef de l'opposition nigérienne

Le président du Mouvement National pour la Société de Développement (MNSD) a été auditionné mercredi pendant près de deux heures avant d'être relâché. Son parti a annoncé qu'il a été entendu par rapport à un livre blanc publié par l'opposition pour dénoncer et récuser la Cour constitutionnelle dans le cadre de la présidentielle de 2016. Le parti a signalé que deux autres opposants ont été interpellés lundi et mercredi puis relâchés après avoir été interrogés sur le même sujet.

"Le livre blanc sur les institutions de la république", publié à la mi-janvier, accuse ladite cour d'être partisane à travers les diverses décisions qu'elle a prises. Les opposants y dénoncent la partialité et l'allégeance de la Cour constitutionnelle au président de la République.

La Cour constitutionnelle, la plus haute juridiction du Niger, est notamment chargée de trancher les contentieux électoraux et de valider en dernier ressort les résultats des élections. Ses décisions sont sans recours.

Seïni Oumarou, leader du MNSD ancien parti unique, au pouvoir de 1999 à 2010, a été battu par l'actuel président, Mahamadou Issoufou, lors de la présidentielle de 2011.

Le climat politique est tendu depuis que le principal allié du régime Hama Amadou, ex-président du Parlement, est passé en août 2013 à l'opposition au président Issoufou, dont il avait permis l'accession au pouvoir en avril 2011 grâce à une alliance de second tour.



Jeudi 19 Février 2015 - 09:51



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter