Niger: Mohamed Bazoum, plus que jamais l’homme du président Issoufou

Au Niger, le parti au pouvoir s'organise en vue de la présidentielle, qui devrait se tenir au premier trimestre 2016. Dans cette perspective, Mohamed Bazoum, qui était jusque-là ministre des Affaires étrangères, a été nommé ministre d'Etat, sur un poste qui lui donne plus de latitude pour préparer son parti.



Le ministre des Affaires étrangères nigérien Mohamed Bazoum, lors d'une allocution aux Nations unies le 27 septembre dernier. Eduardo Munoz
Le ministre des Affaires étrangères nigérien Mohamed Bazoum, lors d'une allocution aux Nations unies le 27 septembre dernier. Eduardo Munoz

Avec ce statut de ministre d'Etat, Mohamed Bazoum confirme son rang d'homme de confiance du président. Son rôle consistera à « traiter de dossiers transversaux, notamment de questions sécuritaires » dans la sous-région, indique une source proche du gouvernement. Un autre militant affirme que cette nomination lui permettra surtout de préparer son parti à la prochaine élection présidentielle prévue dans un an.

« En tant que ministre des Affaires étrangères, Mohamed Bazoum était souvent en déplacement à l'étranger, explique ce militant du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme, le parti au pouvoir . En le détachant du gouvernement, cela va lui permettre de préparer notre campagne, de descendre sur le terrain rencontrer nos militants et élaborer un programme électoral. »

Dans l'opposition, on observe cette nomination avec une certaine indifférence. L'Alliance pour la réconciliation, la démocratie et la République (ARDR) se bat pour que le jeu électoral soit apaisé  : « La Cour constitutionnelle est totalement acquise à la cause du pouvoir en place », dénonce Ousseiny Salatou, le porte-parole de cette coalition, qui rassemble 16 partis d'opposition. Pour ce militant, la priorité, « c'est de revoir la composition de cette Cour, dont certains membres, explique-t-il, ont un rapport de parenté avec le pouvoir en place ».


Rfi.fr

Vendredi 27 Février 2015 - 08:23



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter