Niger: attaque meurtrière contre des militaires près de la frontière malienne

Le Niger a été la cible d’une nouvelle attaque, tôt ce mardi matin, à Bani Bangou. Cette localité se trouve dans l'ouest du pays, à la frontière avec le Mali, dans la zone de Ouallam. Au moins cinq soldats nigériens ont été tués et les assaillants ont pris la fuite.



C’est au petit matin qu’un groupe d’assaillants en moto, escortés par une voiture, ont attaqué les positions des forces de défense et de sécurité de la bourgade de Bani Bangou, située à une vingtaine de kilomètres de la frontière malienne. Le bilan provisoire de cette attaque à la roquette est de cinq gardes nationaux tués et au moins deux blessés. Des morts seraient également dénombrés parmi les assaillants qui, dans leur fuite en direction de la frontière malienne toute proche, ont emporté deux véhicules montés de leur automitrailleuse.
 
Selon des villageois réveillés par les tirs nourris, les combats ont duré une bonne heure. « La terre a tremblé sous nos pieds », a déclaré un notable de Bani Bangou, terré chez lui avec sa famille. Des renforts partis des différentes bases militaires sont arrivés sur zone et les poursuites sont engagées jusqu’à l’intérieur des frontières maliennes. Des moyens aériens ont également été mis à contribution. Un avion militaire a survolé à plusieurs reprises la zone, selon un villageois.
 
Bani Bangou est actuellement encadré par les forces de défense et de sécurité qui procèdent à des interpellations.
 
Depuis le début du conflit dans le nord du Mali, la bourgade de Bani Bangou a été attaquée à plusieurs reprises par des éléments du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao) et à chaque fois repoussés. Bani Bangou est connue pour son grand marché à bétail, à cheval entre le Mali et le Niger. Ce lundi étant jour de marché, nombreux sont les observateurs qui pensent que les assaillants ont profité de l’événement pour faire du repérage et ensuite attaquer la localité.
 

Rfi.fr

Mardi 8 Novembre 2016 - 15:18



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter