Nigeria : Boko Haram suspecté d'être l'auteur d'un nouvel attentat à Maiduguri

Au Nigeria, lundi 20 février 2012, une sanglante attaque sur un marché de Maiduguri, dans le nord-est du pays, a fait au moins 30 morts selon plusieurs sources citées par l'AFP. Cette attaque n'a pas encore été revendiquée mais d'ores et déjà, le groupe islamiste Boko Haram est fortement suspecté.



Une série d’attaques avait fait 185 morts à Kano, le 20 janvier 2012. Le groupe islamiste Boko Haram a revendiqué les attentats. Reuters/Stringer
Une série d’attaques avait fait 185 morts à Kano, le 20 janvier 2012. Le groupe islamiste Boko Haram a revendiqué les attentats. Reuters/Stringer
L'attaque de lundi ne visait aucun symbole de l'Etat fédéral, aucun édifice religieux, aucun site militaire, seulement l'un des principaux marchés de Maiduguri, un lieu à priori totalement neutre. «Ils ont tiré pour tuer. Il y a eu ensuite plusieurs explosions. J'ai vu trois camions militaires chargés de corps quitter le marché» a raconté un commerçant joint par l'AFP.

Selon des témoins, le commando était composé de plusieurs hommes munis d'armes à feu et de bombes artisanales. Après l'attaque du marché de Baga, les assaillants se sont affrontés aux forces de l'ordre. Les militaires affirment avoir tué huit agresseurs et désamorcé trois bombes dissimulées sur les lieux du méfait.

Si l'armée assurait lundi après-midi que seulement quelques civils avaient été blessés, le bilan donné par des commerçants est beaucoup plus lourd : au moins 30 morts dont des femmes et des enfants, un chiffre que confirme une infirmière de l'hôpital de Maiduguri.

Cette nouvelle attaque n'avait pas été revendiquée lundi soir mais tous les regards se tournent vers Boko Haram. Avant d'ouvrir le feu, les assaillants auraient accusé la foule de collaborer avec les forces de sécurité. La semaine dernière, un ou deux hommes armés selon les sources, soupçonnés d'appartenir à la secte islamiste, avaient été maîtrisés par des commerçants du marché de Baga, puis livrés aux militaires.
Source: RFI

Dépêche

Mardi 21 Février 2012 - 09:37


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter