Nigeria: Sanusi, victime d'un complot?

Une équipe de cyber-détectives aurait déjoué une tentative de diffamation à l’encontre de l’ancien gouverneur de la Banque centrale nigériane.



Sanusi, un peul originaire d’une grande famille du nord du pays, a été limogé de son poste par le président après avoir signalé la perte de 20 milliards de dollars de revenus pétroliers.
Sanusi, un peul originaire d’une grande famille du nord du pays, a été limogé de son poste par le président après avoir signalé la perte de 20 milliards de dollars de revenus pétroliers.

Lamido Sanusi – un homme très respecté à l’étranger pour avoir mis de l’ordre dans le système bancaire du pays - a été démis de ses fonctions de gouverneur de la Banque centrale le mois dernier par le président Goodluck Jonathan.

Quelques jours plus tard, des journalistes ont eu la surprise de recevoir un mail envoyé par un inconnu, Wendell Simlin, établissant un lien entre Sanusi et le groupe de militants islamistes Boko Haram, alors que ce dernier est connu pour ses positions religieuses modérées.

La nébuleuse, active dans le nord-est du pays, est accusée d’avoir tué des milliers de personnes depuis 2009.

Conseiller du président

Mais un petit nombre d’activistes de l’internet, qui ont pu lire le mail, affirment eux que le message a été écrit par un conseiller du président. Ils affirment avoir trouvé son nom dans un document Word joint au mail incriminant.

Reno Omokri – conseiller du président Goodluck Jonathan pour les réseaux sociaux- serait listé dans les propriétés comme l’auteur de ce document.

« Nous avons simplement vérifié les propriétés de ce document », a expliqué Feyi Fawehinmi, qui fait partie de l’équipe ayant mené l’enquête.

Ces activistes ont également contacté un journal pour croiser l'information et comparer le mail avec des messages envoyés auparavant par Omokri. Et selon eux, les métadonnées correspondent.

Un coup monté?

Il est possible que les accusations soient en réalité un subtil coup monté visant à décrédibiliser Omokri.

Carlo De Micheli, un expert indépendant sur la sécurité, pense d’ailleurs que les éléments rassemblés par les cyber-détectives ne peuvent pas être considérés comme des preuves.

Contacté par la BBC, Omokri n’a pas souhaité répondre aux accusations. Il doit participer à une conférence de presse ce vendredi.

Sanusi, un peul originaire d’une grande famille du nord du pays, a été limogé de son poste par le président nigérian après avoir signalé la perte de 20 milliards de dollars de revenus pétroliers.

Source : BBC Afrique
 


Dépéche

Samedi 8 Mars 2014 - 01:11



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter