Nigeria: arrestation du chef du groupe terroriste Ansaru, lié à Aqmi

L'armée nigériane a annoncé ce dimanche 3 avril l'arrestation du chef d'Ansaru, un groupe armé nigérian dissident de Boko Haram et lié à al-Qaïda au Maghreb islamique. Khalid al-Barnawi a été interpellé dans le centre du pays.



Considéré comme un des ennemis publics les plus importants, Khalid al-Barnawi a été arrêté vendredi 1er avril au matin. Des agents des services secrets ont mis la main sur lui à Lokoja dans l'Etat de Kogi. Al-Barnawi a été conduit immédiatement à Abuja et placé en détention.

« Il était en haut de la liste des terroristes que nous recherchons », se félicite d'ailleurs le porte-parole de l'armée nigériane, Rabe Abubakar. Khalid al-Barnawi était un maillon fort dans la nébuleuse islamiste nigériane. Il faisait le lien entre les groupes nigérians et ceux d'Afrique du Nord et du Moyen Orient.

Al-Barnawi avait pris la tête d'Ansaru en 2012 après la mort de Abubakar Adam Kambar. Ansaru est un groupe dissident de Boko Haram. Pourtant al-Barnawi avait renoué le dialogue avec Abu Bakr Shekau, dont il était le second dans la chaîne de commandement des insurgés du Nord-Est.

Avec cette arrestation, les forces de sécurité et de défense nigérianes ont frappé fort  contre la branche ouest-africaine de l'organisation Etat islamique et ses alliés. Mais ce coup de filet est le fruit du changement de stratégie opéré par les autorités nigérianes. Quelques semaines après son arrivée au pouvoir, il y a un an, le président Muhammadu Buhari avait remis à plat toute la chaîne de commandement des différents corps.

La stratégie du président Buhari

En plaçant ses hommes à lui, il avait exigé notamment que le pilotage de la lutte contre les forces de Boko Haram soit au plus près du terrain. Et c'est ainsi que les décisions opérationnels se prennent depuis Maiduguri, dans l’Etat de Borno. Et plus depuis la capitale Abuja.

Les militaires, les agents du renseignement et les policiers nigérians ont modifié leur approche d'intervention. Ils s'appuient notamment sur un réseau de plusieurs milliers de civils volontaires et de chasseurs répartis dans tout le Nord Est. Ces forces fédérales ont aussi noué de meilleures relations avec les populations locales, qui hésitent de moins en moins à livrer des renseignements.

Cette interpellation de Khalid al-Barnawi indique aussi que les leaders du groupe armé ne sont pas forcément dans leur fief, à l'intérieur de la forêt de Sambisa. Le numéro 2 de la branche ouest-africaine de l'organisation Etat islamique a été appréhendé dans le centre du pays. Signe peut être que la nébuleuse islamiste nigériane est belle et bien déstabilisée par la stratégie voulue par le président Muhammadu Buhari.

Source: Rfi.fr



Lundi 4 Avril 2016 - 09:32



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter