Nigeria: la lutte contre Boko Haram devra s'inscrire dans la durée

Au Nigeria, la lutte contre Boko Haram devra s'inscrire dans la durée. Des études montrent que les insurgés islamistes ont tué plus de civils durant les quatre premières semaines du mandat du président Muhammadu Buhari que durant le dernier mois au pouvoir de son prédécesseur Goodluck Jonathan, et ce malgré le volontarisme affiché par le nouveau président nigérian. Le sujet sera au menu des discussions entre Barack Obama et Muhammadu Buhari qui sera donc reçu à la Maison Blanche le 20 juillet.



Le président nigérian Muhammadu Buhari, lors du sommet d'Abuja sur la lutte contre Boko Haram, le 11 juin 2015. REUTERS/Afolabi Sotunde
Le président nigérian Muhammadu Buhari, lors du sommet d'Abuja sur la lutte contre Boko Haram, le 11 juin 2015. REUTERS/Afolabi Sotunde

Washington est ravi des premiers pas de Muhammadu Buhari. Le président nigérian sitôt élu a hissé la lutte contre Boko haram au rang de ses priorités, il s’est empressé de rencontrer les familles des kidnappés de Chibok,  il s’est surtout engagé à poursuivre en justice les soldats coupables de violations des droits de l’homme. C’est un sujet crucial qui détermine le niveau de coopération militaire des Etats-Unis, insiste Linda Thomas Greenfield, vice-secrétaire d’Etat chargée de l’Afrique.

« Les Etats-Unis, explique-t-elle, tiennent beaucoup au respect des droits de l’homme, et à chaque fois que nous fournissons à un pays des armes létales, nous voulons nous assurer que les militaires à qui nous fournirons ces armes en feront bon usage. Nous espérons aussi évoquer les façons de sensibiliser les militaires aux besoins de communautés dans la zone d’intervention, de faire en sorte que les civils locaux sortent renforcés et confiants suite à leurs interventions et éviter que les civils ne soient victimes des interventions de l’armée contre Boko Haram. »

Le général américain David Rodriguez, commandant de l’USA Afri command, basé à Stuttgart, a fait part de la disponibilité de l’armée américaine pour accroitre sa collaboration. Elle se limite, rappelle le général, au partage d’une certaine catégorie de renseignements et à la livraison de matériel non létal. Washington soutient également financièrement la future force conjointe multinationale et met à disposition des agents de liaison militaire dans les bases des pays voisins du Nigeria engagés dans la lutte contre Boko Haram.


Rfi.fr

Jeudi 2 Juillet 2015 - 06:35



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter