Nigeria : le parti du président sortant Jonathan reconquiert un important Etat pétrolier



Nigeria : le parti du président sortant Jonathan reconquiert un important Etat pétrolier

Le parti du président sortant Goodluck Jonathan a repris le contrôle de l'Etat pétrolier de Rivers, dans le sud du Nigeria, lors des élections régionales du weekend, selon les résultats officiels publiés lundi, qui ont provoqué des accusations de fraude du camp adverse.
Nyesom Wike, le candidat du Parti démocratique populaire (PDP) a obtenu 1.029.102 voix, contre 124.896 à Dakuku Peterside, candidat du Congrès progressiste (APC), le parti du vainqueur de la récente présidentielle Muhammadu Buhari, a rapporté la Commission électorale.
L'APC, qui contrôlait l'Etat de Rivers, a contesté le résultat, le qualifiant de "viol de la démocratie".
Le PDP a répliqué en affirmant que la victoire de son candidat "reflétait la confiance du peuple" dans le parti.
L'Etat de Rivers était un enjeu stratégique aux élections des gouverneurs de samedi, l'essentiel de l'industrie pétrolière et gazière du Nigeria, premier producteur de brut d'Afrique, étant concentré dans la région du delta du Niger, dans le sud, où se situe Rivers.
La tension entourant le scrutin était vive car le gouverneur sortant, Rotimi Amaechi, avait quitté le PDP pour rejoindre l'APC en 2013 et devenir un farouche opposant du président Jonathan.
Les deux camps avaient crié à la fraude lors de la présidentielle du 28 mars, provoquant des manifestations et des demandes de nouveau scrutin.
Les habitants de Rivers ont voté à près de 95% pour le président Jonathan dans l'Etat mais l'ex-général Buhari, à la tête de l'APC, a remporté au niveau national la présidentielle dans ce qui constitue la première victoire de l'opposition depuis la fin des dictatures militaires en 1999.
Un porte-parole de l'Etat de Rivers, Ibim Semenitari, a affirmé que "ce qui s'est passé samedi était un viol de la démocratie. Il n'y a pas eu d'élection au Rivers".
"Le PDP, avec la complicité de l'Inec (la Commission électorale indépendante) et des forces de sécurité, ont simplement inscrit des chiffres qu'ils ont livrés au public". "Nous allons contester les résultats", a-t-elle ajouté.
Mais le porte-parole local du PDP, Emmanuel Okha, a répondu: "le peuple a parlé. Nous enjoignons l'APC accepter les résultats de bonne foi".

courrierinternational

Lundi 13 Avril 2015 - 16:40



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter