Nigeria: qui sont les Vengeurs du delta du Niger?

Les Vengeurs du delta du Niger ont revendiqué une nouvelle attaque sur leur compte Twitter. Pour la deuxième fois en moins de trois mois, la multinationale américaine Chevron a été ciblée sur son terminal d'Escravos dans le delta du Niger. Ce nouveau groupe rebelle a décidé de reprendre le rapport de force avec les autorités nigérianes. La situation s'était calmée ces dernières années : les anciens insurgés du MEND étaient devenus des femmes et hommes d'affaires ou bien bénéficiaires de bourses de formations ou d'allocations mensuelles. Une nouvelle génération a décidé de déclencher un nouveau foyer d'insurrection dans le sud du Nigeria.



Nigeria: qui sont les Vengeurs du delta du Niger?
En quelques coups d'éclat depuis le mois de février, les Vengeurs du delta du Niger ont marqué les imaginaires. « Economie rouge » est le nom de code de leur programme en onze points détaillés sur leur site internet.

Ces justiciers autoproclamés se basent sur des revendications identiques à celle du MEND, le Mouvement pour l'émancipation du delta du Niger. Ils manient les ultimatums et l'action directe comme leurs aînés. Ils sabotent des installations pétrolières de multinationales étrangères, mais disent refuser le meurtre et le kidnapping comme mode opératoire.
Ces nouveaux rebelles se présentent comme des natifs de l'est du Nigeria et font cause commune avec Nmamdi Kanu, le chef du mouvement pro-Biafra dont ils réclament la libération.

Stratégie de communication

Partisans d'une sécession de la République fédérale, les Vengeurs du delta du Niger se désignent comme un groupe de jeunes ayant des soutiens aux quatre coins du Nigeria et ils affirment aussi avoir des entrées dans l'appareil militaire nigérian. Ils prétendent être en mesure d'anticiper toute opération répressive.

En reprenant le nom d'un groupe de superhéros d'une célèbre série d'une bande dessinée américaine, les Vengeurs du delta du Niger optent pour une stratégie très actuelle de marketing et de communication dont l'objectif principal est de gagner aussi la bataille de l'opinion.

Conséquences sur la production pétrolière

Selon Oni Dalipo, analyste de Ecobank à Lagos, les récents attentats visant des installations pétrolières ont contribué à réduire la production d'or noir au Nigeria, alors que le pétrole est à son plus bas niveau depuis plus de 20 ans, ce qui pourrait avoir de lourdes conséquences sur l'économie du pays.

« Ces attaques ont commencé en février dernier, et entre février et aujourd'hui nous avons perdu près de 850 000 barils par jour, souligne Oni Dalipo. Je pense que cela va poser un problème aux acheteurs de pétrole brut nigérian, car les irrégularités dans la livraison du pétrole nigérian vont les pousser à acheter ailleurs, chez des fournisseurs plus sûrs, ce qui est inquiétant maintenant que l'Iran a fait son entrée sur le marché. Et si le marché iranien est plus stable, il y a de grandes chances pour qu'ils ne reviennent pas au Nigéria. »

L'analyste énumère les nombreuses conséquences potentielles pour l'économie nigériane : « D'abord le pétrole représente 75% des revenus de l'Etat, qui devra peut-être emprunter pour respecter son budget. L'autre problème, c'est que le pétrole est encore la source majeure de devises étrangères qui sont nécessaires à l'importation et permettent de définir la valeur du Naira. Donc il pourrait y avoir une pression sur la monnaie nigériane et une dévaluation. Tout cela pourrait compliquer la situation ».

Avec rfi.fr
 

Ousmane Demba Kane

Vendredi 27 Mai 2016 - 08:04



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter