Nigeria: sécurité renforcée dans le nord-est avant la fête de l'Aïd

Redoutant de nouvelles attaques du groupe islamiste Boko Haram à l'occasion de la fête de l'Aïd, le Nigeria a imposé des mesures limitant la circulation dans le nord-est du Nigeria après une vague de violences qui a fait plus de 100 morts.



Nigeria: sécurité renforcée dans le nord-est avant la fête de l'Aïd
Ainsi, les militaires ont annoncé l'interdiction de la circulation de tout véhicule dans l'Etat de Borno (nord-est) durant l'Aïd, une fête appelée Sallah au Nigeria, et qui débute jeudi pour deux jours. "Tout mouvement incluant des véhicules, des bicyclettes et des animaux comme des chevaux, des chameaux et des ânes seront restreints à Maiduguri à partir de mercredi 16H00 GMT", a déclaré un porte-parole de l'armée, Tukur Gusau.
"De même, tous les mouvements de véhicules vers et depuis Maiduguri (...) seront également restreints durant cette même période", a ajouté le porte-parole dans un communiqué. Le corps de défense civile et de sécurité du Nigeria (NSCDC) a annoncé de son côté que 40.000 personnes allaient être déployées à travers le pays pour garantir une "sécurité maximale" pendant la célébration de la fête de l'Aïd. Maiduguri, capitale de l'Etat de Borno, a été frappée dimanche par une série d'explosions visant notamment une mosquée, où des dizaines de fidèles ont été tués par une kamikaze. Au total, au moins 117 personnes ont été tuées dans ces attentats perpétrés par Boko Haram, selon un nouveau bilan communiqué par des sources hospitalières mardi.
L'attaque qui a touché la capitale de l'Etat de Borno dimanche soir a été la plus meurtrière dans la ville, cible régulière des insurgés islamistes affiliés à l'Etat islamique depuis la prise de pouvoir fin mai du président Muhammadu Buhari. Une nouvelle vague de violences frappe le nord-est du Nigeria, peuplé en majorité de musulmans, depuis l'investiture du M. Buhari, qui a érigé en priorité la lutte contre les islamistes. L'insurrection Boko Haram et sa répression ont fait au moins 15.000 morts et forcé plus de deux millions de Nigérians à fuir leurs foyers depuis le début 2009. Boko Haram a subi depuis février des revers militaires infligés par les armées des pays de la région et perdu le contrôle d'importantes localités. Le groupe a depuis changé de stratégie et a de plus en plus recours à des techniques de guérilla, multipliant notamment les attentats-suicides
De nombreux habitants à Maiduguri ont déclaré avoir été traumatisés par les attaques de dimanche. "J'ai peur. Je ne vais aller dans aucune mosquée pour les prières de l'Aïd. Personne n'est à l'abri. Tout peut arriver", a ainsi déclaré un habitant de la ville, Sanusi Modibbo.

Khadim FALL

Mercredi 23 Septembre 2015 - 11:19



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter